"Comment on va faire à partir de septembre ?" : l'augmentation du chômage dans les prochains mois inquiète les agents de Pôle emploi

Pôle emploi anticipe une forte hausse des demandeurs d'emplois dans les prochains mois. Des recrutements sont envisagés dans les agences mais cela ne rassure pas les agents sur le terrain. Reportage à Montreuil.

Article rédigé par
Marie Maheux - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le nombre de demandeurs d'emploi pour le mois de juillet sera connu mercredi 26 août à midi (photo d'illustration). (LOIC VENANCE / AFP)

La file d'attente se forme progressivement mardi matin devant l'agence Pôle Emploi de Montreuil. À l'intérieur les règles sanitaires ont rendu l'accueil plus fastidieux et il faut prendre son mal en patience. Face au va-et-vient des demandeurs d'emploi, Guy Olharan, élu CGT et conseiller s'inquiète pour la rentrée : "Tout le monde s’accorde à dire qu'à partir de septembre et jusqu’au printemps prochain, on va avoir entre 800 000 et 1 million de demandeurs d’emploi."

"Ces gens vont forcément arriver dans les semaines qui viennent", poursuit le syndicaliste. On connaîtra mercredi 26 août, à midi, le nombre de demandeurs d'emploi pour le mois de juillet. Il ne devrait pas avoir d'explosion du nombre d'inscriptions. Mais Pôle emploi anticipe déjà une forte augmentation en fin d'année.

Des milliers de CDD prévus en renfort

Selon les syndicats pour faire face à cette hausse de nouveaux chômeurs, Pôle emploi veut recruter entre 3 000 et 5 000 CDD, pour une période allant jusqu'à 18 mois. Cela représente deux à trois personnes maximum en plus pour chacune des 886 agences françaises. Pour Guy Olharan, ça ne suffira pas. "Sur Montreuil, on est une centaine de salariés, c’est l’une des plus grosses agences d’Île-de-France, indique Guy. Mais d’ores et déjà, il y a une dizaine de postes qui sont à pourvoir. C’est-à-dire qu’aujourd’hui on doit travailler avec 10% d’effectif en moins. Comment on va faire à partir de septembre quand on va faire face à l’arrivée de près de 20% de demandeurs d’emplois en plus ?"

Est-ce qu’on pense sincèrement que l’arrivée de deux personnes sur un effectif de 100 sera suffisant ? Clairement pas !

Guy Olharan, conseiller Pôle emploi et élu CGT

à franceinfo

 
Quelques bureaux plus loin, d'autres salariés de l'agence redoutent la période qui arrive. Julie travaille à la gestion. Dès la rentrée, elle sait qu'elle verra passer les dossier de jeunes en sortie d’école. "En plus des gens qui sont touchés par les licenciements à cause du Covid et la crise, on va avoir aussi l’arrivée de tous ces jeunes, s'inquiète Julie. Donc, ça va faire un taux de chômage très élevé, et des Pôles emploi qui sont déjà engorgés qui le seront encore plus."

Une formation des CDD de deux à trois mois

Pour la gestionnaire, les CDD attendus ne seront pas d'une grande aide. Il leur faudrait au moins deux à trois mois de formation pour être autonomes dans leur travail. "Il ne seront pas capable de recevoir les gens dans l’immédiat, affirme Julie. Quand on sait que le pic va arriver, c’est un peu inquiétant. On va mettre des gens qui ne sont pas formés pour aider des gens qui sont en difficulté."

Pierre lui, traite les offres d'emploi des entreprises. Il sait qu'à Montreuil la plateforme numérique de Pôle emploi ou les rendez-vous téléphoniques n'aideront pas à diminuer le passage en agence : "On a une population qui a besoin de venir en agence pour se faire aider à actualiser, pour déposer des documents, pour les scanner. Donc, on ne peut pas non plus réduire le flux à zéro à l’agence."  À Montreuil, les salariés s'attendent à un pic des demandes d'inscriptions en novembre et en décembre prochain. Au moment où les plans sociaux des entreprises devraient se multiplier.

L'agence Pôle emploi de Montreuil (Seine-Saint-Denis) se prépare à une vague de chômeurs massive à la rentrée. Reportage de Marie Maheux.
--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.