Chômage : des chiffres "encourageants", mais "le plus dur reste à venir"

Pour Anne-Sophie Alsif, cheffe économiste au Bureau d’information et des prévisions économiques, les difficultés pourraient pourtant revenir lors de la levée des aides pour les petites entreprises. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Selon les chiffres publiés par Pole Emploi, le nombre de demandeurs d'emploi a baissé de 204 700 personnes au mois de juin.  (LÉA GUEDJ / FRANCE-INTER)

Le nombre de demandeurs d'emploi a baissé de 204 700 personnes sur l'ensemble du mois de juin, selon les chiffres publiés lundi 27 juillet par Pole Emploi. "Ces chiffres me paraissent encourageants", a réagi sur franceinfo Anne-Sophie Alsif, cheffe économiste au BIPE (Bureau d’information et des prévisions économiques).

"Malheureusement, je pense qu'il faudra surtout regarder ce qui va se passer à la rentrée puisque actuellement, encore beaucoup de petites entreprises bénéficient de mesures d'aide, notamment dans les secteurs du tourisme ou encore de l'aéronautique. Ces mesures vont progressivement être levées. C'est à ce moment que les difficultés vont commencer."

Un effet rebond "si les bonnes mesures sont mises en place"

"Nous pourrons avoir, à la rentrée, beaucoup de faillites de petites et moyennes entreprises. Je dirais que ces chiffres de mai-juin sont plutôt encourageants, mais malheureusement, le plus dur reste à venir. Je ne pense pas que le pire soit derrière nous, malheureusement", a ajouté la cheffe économiste au BIPE.

Anne-Sophie Alsif a également considéré que retrouver le niveau économique d'avant-crise d'ici à 2022 est un objectif "atteignable" : "Une fois que la crise sera derrière nous, il y aura sûrement un effet rebond et donc un rattrapage qui sera plus important. Cela est donc possible si les bonnes mesures, notamment dans le plan de relance qui sera annoncé par le gouvernement en septembre, sont bien mises en oeuvre, si les bons secteurs sont ciblés pour aider les entreprises."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.