Cet article date de plus de quatre ans.

Tupperware ferme son site de Joué-lès-Tours : le maire, prévenu par "un coup de fil laconique", est sidéré

Alors que Tupperware a annoncé la fermeture de son site de Joué-les-Tours (Indre-et--Loire), Frédéric Augis, maire de Joué-lès-Tours, a déclaré vendredi sur franceinfo qu'il "comprend la sidération" des salariés de Tupperware.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'usine Tupperware de Joué-lès-Tours. (PDESCHAMPS / MAXPPP)

La direction générale du fabricant de boîtes alimentaires en plastique Tupperware a présenté jeudi aux représentants du personnel "un projet de fermeture" de son unique site de production en France à Joué-lès-Tours (Indre-et-Loire) prévoyant la suppression des 235 emplois de l'usine. Frédéric Augis, maire de Joué-lès-Tours, a déclaré vendredi sur franceinfo qu'il "comprend la sidération" des salariés de Tupperware.

Prévenu par un "coup de fil laconique"

"Il y avait eu des outils de production qui avaient été démontés, affirme l'édile. J'ai interrogé le directeur de l'usine, encore en mars dernier, pour lui dire notre inquiétude au nom des salariés et à chaque fois il a eu des propos rassurants." Le maire a indiqué que le directeur lui a expliqué qu'il voulait moderniser l'usine et que c'est pour cette raison qu'il changeait les machines. "Aujourd'hui, poursuit le maire, c'est la sidération au vu de la fermeture définitive qui est envisagée par l'entreprise. Jeudi, j'ai été prévenu par un coup de fil laconique qui m'a indiqué, en quelques minutes, que le site fermait."

Dramatique pour l'image de la ville

C'est un nouveau coup dur pour la région. "En 2013, Michelin a liquidé plus de 700 emplois, déplore Frédéric Augis. C'était le deuxième fleuron de la ville qui a eu une extension industrielle avec des entreprises comme Michelin et Tupperware." "Aujourd'hui, regrette-t-il, on voit bien que ces entreprises qui ferment ou qui réduisent la voilure, c'est dramatique pour l'image de la ville et pour les familles qui sont touchées." 

Le maire va recevoir les représentants du personnel et se battra à "leurs côtés par rapport au plan de revitalisation qui va être mis en route du côté des préfets et des services compétents." L'âge moyen des 235 salariés concernés par la fermeture est de 51 ans.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Plans sociaux

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.