L'enseigne de chaussures André est menacée de disparition

La marque André est menacée. Un unique repreneur a déposé un dossier mercredi 1er juillet. Mais la moitié des magasins pourraient fermer. La décision, prise en juillet, inquiète les quelque 400 employés du chausseur.

FRANCEINFO

À Cannes (Alpes-Maritimes), Lille (Nord) ou Paris, mardi 30 juin, des salariés d’André étaient en grève. L’enseigne de chaussures a été placée en redressement judiciaire en avril dernier. "On n’a pas d’informations. Il y a une décision finale le 24 juillet, 47 boutiques seront peut-être reprises, mais on ne sait pas lesquelles", commente Jenifer Aufret, vendeuse.

Des virages stratégiques manqués

Les 409 salariés d’une marque pourtant centenaire sont dans l’incertitude. Dans les années 1980, le chausseur est très populaire et compte plus de 500 magasins dans toute la France. Depuis ces dernières années, c’est la descente aux enfers. Un virage manqué vers le commerce en ligne et une stratégie ratée de montée en gamme, selon un expert de la revue LSA, ont affaibli la marque. Malgré le rachat par le site de vente en ligne Spartoo, les problèmes s’accumulent : mouvement des "gilets jaunes", grève dans les transports et confinement. Après dix millions d'euros de pertes en 2019, un seul repreneur se propose pour la reprise la moitié des magasins de la marque.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le chausseur André menacé
Le chausseur André menacé (FRANCEINFO)