Doux : les offres de reprise du groupe à l'étude

Le groupe volailler qui va devoir demander sa liquidation judiciaire pourrait être repris par plusieurs sociétés qui s'associent au groupe de poulets Loué. Cela permettrait de conserver une majorité d'emplois. 

France 3

Il est cinq heures ce jeudi 29 mars quand les ouvriers des abattoirs Doux débutent le travail. Après des semaines d'incertitude, un volailler français, LDC, s'est porté candidat dans la nuit. Les salariés sont rassurés. "Ce serait mieux que l'outil français reste en France", explique l'un d'entre eux. Une bonne nouvelle pour Châteaulin (Finistère) avec deux offres de reprise.

LDC propose de sauvegarder 920 emplois

Mais une mauvaise nouvelle toutefois : l'usine vendéenne de Chantonnay sera fermée. 180 emplois vont être supprimés. Le premier candidat à la reprise de Doux est l'Ukrainien MHP. 715 emplois seraient sauvés sur 1 187 et une nouvelle usine serait créée. À la tête du Coq Gaulois et des poulets de Loué, le français LDC s'est aussi déclaré candidat à la reprise. Lui propose de sauvegarder 920 emplois et de construire un nouvel abattoir. Les syndicats sont vigilants. Le but est de sauver la volaille française. 

Le JT
Les autres sujets du JT
L\'usine Doux de Châteaulin (Finistère), le 1er juin 2012.
L'usine Doux de Châteaulin (Finistère), le 1er juin 2012. (FRED TANNEAU / AFP)