Ascoval : la reprise de l'usine de Saint-Saulve compromise

La reprise de l'aciérie Ascoval de Saint-Saulve (Nord) par l'entreprise Altifort n'aura pas lieu, tout simplement parce que le repreneur n'a pas les fonds nécessaires.

FRANCE 2

Des salariés sonnés devant leur usine. L'unique repreneur de l'aciérie Ascoval de Saint-Saulve (Nord) n'est pas parvenu à réunir les fonds nécessaires et ne peut pas racheter l'entreprise. Le repreneur Altifort, dirigé par Bart Gruyaert, avait pourtant été désigné par le tribunal, avec une offre jugée à l'époque solide. Elle prévoyait 35 millions d'euros au total, dont 10 de fonds propres et 25 autres d'investisseurs. Problème : aucune des sommes n'a été à ce jour réunie.

Xavier Bertrand veut encore y croire

L'annonce a été faite la semaine dernière par un courrier du groupe belge que France 2 a pu consulter. Le repreneur écrit : "Il serait déraisonnable d'engager plus en avant le groupe Altifort dans le financement de la société Ascoval." C'est là l'énième épisode pour une usine qui joue sa survie depuis cinq ans. Il y a quelques mois, le gouvernement avait mis tout son poids dans la bataille et de l'argent sur la table pour pousser l'offre à Altifort. La région Hauts-de-France avait aussi promis un soutien financier. Jeudi 21 février, son président, Xavier Bertrand, veut encore croire que les 281 emplois peuvent être sauvés. Jusqu'à présent, aucun autre repreneur jugé sérieux ne s'est fait connaître. Le tribunal de grande instance de Strasbourg (Bas-Rhin) doit se réunir la semaine prochaine.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un panneau indicateur \"Ascoval\" à Saint-Saulve (Nord).
Un panneau indicateur "Ascoval" à Saint-Saulve (Nord). (FRANCOIS LO PRESTI / AFP)