Nord : le groupe Altifort n'a pas les fonds nécessaires pour reprendre l'aciérie Ascoval, selon le ministère de l'Economie

Au total, 281 emplois sont en jeu dans cette opération de reprise de cette usine située à Saint-Saulve, près de Valenciennes. 

L\'aciérie Ascoval à Saint-Saulve, près de Valenciennes (Nord) le 29 janvier 2018. 
L'aciérie Ascoval à Saint-Saulve, près de Valenciennes (Nord) le 29 janvier 2018.  (FRANCOIS LO PRESTI / AFP)

La reprise de l'aciérie Ascoval de Saint-Saulve (Nord) par Altifort, validée en décembre, est compliquée par des difficultés de financement, et semble plus que compromise. L'entreprise Altifort "a trompé tout le monde", a indiqué jeudi 21 février Bercy à l'AFP. Altifort n'a pas été en mesure de réunir les financements nécessaires qu'il avait assuré pouvoir apporter, a eu confirmation franceinfo auprès de Bercy.  Ni les 10 millions de fonds propres, ni les 25 millions de levée de fond. 

Malgré ce coup dur, Bercy a indiqué à franceinfo continuer à "croire en ce site" et "essayer de trouver un nouveau repreneur". Au total, 281 emplois sont en jeu dans cette opération de reprise, sur ce site situé dans un village proche de Valenciennes.

Une audience se tiendra le 27 février

Le groupe Altifort a reconnu ne pas avoir obtenu "les financements externes" nécessaires à la reprise de l'aciérie d'Ascoval, et a affirmé rechercher "toutes les solutions alternatives" d'ici l'audience, le 27 février, du Tribunal de grande instance de Strasbourg. Selon Bruno Kopczynski, porte-parole de la coordination syndicale et élu CFDT, les syndicats avaient demandé aux administrateurs judiciaires la tenue de cette audience. Ainsi, "Altifort est sommé via une convocation au tribunal le 27 février d'apporter la preuve de l'existence des fonds. Où sont-ils ? Pourquoi ne sont-ils pas là ? Que se passe-t-il ?", s'interrogeait Bruno Kopczynski, déjà inquiet sur les capacités de financement d'Altifort.