"C'est vraiment un plaisir" : derniers préparatifs au Salon de l'agriculture avant l'ouverture au public

À la porte de Versailles à Paris, les agriculteurs et les éleveurs se préparent pour l'ouverture au public samedi du Salon de l'agriculture.

Au Salon de l\'agriculture à la porte de Versailles à Paris, le 21 février 2020.
Au Salon de l'agriculture à la porte de Versailles à Paris, le 21 février 2020. (FARIDA NOUAR / RADIO FRANCE)

Quoi de mieux que du bon lait frais pour commencer la journée ? C'est comme ça qu'elle débute au Salon de l'agriculture, dans la salle de traite. La plus grande ferme de France ouvre ses portes samedi 22 février à Paris. Lors de ce rendez-vous annuel dans la capitale, les agriculteurs et les éleveurs peuvent rencontrer le public et tout est fait pour en mettre plein la vue aux visiteurs.

Les deux vaches de Justine, éleveuse, sont les premières à monter sur les machines. Elles sont arrivées de Sévignac, dans les Côtes-d'Armor, et même à des centaines de kilomètres de chez elles, il ne faut rien changer au quotidien de la traite. "On ne peut pas y couper, c'est matin et soir, assure-t-elle. C'est forcément une petite source de stress, parce qu'elles sont hors de leur environnement habituel. Il faut qu'elles s'adaptent. C'est comme pour nous, il faut qu'on s'adapte."

Douche avec shampoing à l'extérieur

Certaines vaches se font traire, mais pour d'autres, c'est la toilette du matin, avec shampoing et jet d'eau. Xavier, éleveur, bichonne une belle vache normande à la robe tachetée. "C'est Hamilton, âgée de 8 ans, elle a déjà fait cinq petits veaux, mais elle est de retour pour la troisième fois consécutive au Salon de l'agriculture", indique-t-il. L'éleveur se prépare pour le concours de dimanche : "On commence à faire le shampoing et aussi à la détendre, comme il y a eu un petit voyage jeudi, ça lui fait du bien. En plus, on a de la chance, il fait beau et on a de l'eau chaude, quoi de mieux pour faire une belle toilette ?".

Au Salon de l\'agriculture à la porte de Versailles à Paris, le 21 février 2020.
Au Salon de l'agriculture à la porte de Versailles à Paris, le 21 février 2020. (FARIDA NOUAR / RADIO FRANCE)

Les deux heures de route depuis la Sarthe ne perturbent pas Hamilton. Habituée du salon, elle a déjà gagné deux fois le concours agricole. Xavier, lui, n'a dormi que trois petites heures, mais être présent au Salon de l'agriculture efface la fatigue : "C'est vraiment un plaisir, autrement on ne serait pas là. C'est pour retrouver les copains ou les collègues agriculteurs et puis aussi pour expliquer notre métier, qui est un peu critiqué aujourd'hui, aux citadins." L'occasion aussi de faire des rencontres plus intimes ? "Cela arrive mais on garde ça secret", répond en souriant Xavier. Ce qui se passe au Salon de l'agriculture reste au Salon de l'agriculture.

Des vétérinaires auprès des bêtes

Pour veiller sur les 4 000 bêtes présentes, une douzaine de vétérinaires sont aux petits soins, comme Olivier Chaumeuil. Blouse verte et téléphone dans la poche, il est déjà intervenu tôt ce matin. "Il y a eu des petits bobos à la descente du camion ou pendant le transport, mais rien de grave", explique le vétérinaire. C'est un rythme intense qui l'attend avec ses collègues pendant les neuf jours que dure le salon. "La nuit, il y en a toujours un de garde, indique Olivier Chaumeuil. Il y a deux vétérinaires dans le hall, un pour les grands animaux, les moutons et les cochons, et un vétérinaire dédié aux chevaux, qui reste en permanence".  

Il y a une présence en permanence sur le salon.Olivier Chaumeuil, vétérinaire au Salon de l'agricultureà franceinfo

Encore quelques heures avant l'arrivée du public. L'année dernière, un peu plus de 630 000 visiteurs s'étaient rendus au Salon de l'agriculture.