Yonne : à la découverte d'un "jardin punk"

Le 12/13 est parti à la rencontre d'un jardinier qui se dit "punk", dans l'Yonne. Sa devise : faire moins pour le bien-être des espèces.

France 3

"Un jardin punk, c'est un jardin où on économise son énergie." Eric Lenoir, pépiniériste et auteur du "Petit traité du jardin punk" est un jardinier qui a une conception quelque peu particulière de son métier. "Dans une pelouse tondue, il y a tout de même beaucoup moins d'espèces que dans des herbes hautes", clame-t-il.

Un million d'espèces sont menacées d'extinction

S'occuper de 14 000 m² de terrain seulement trois à cinq jours par an : cela donne un jardin un peu hirsute, mais pas sauvage non plus. A l'image de son propriétaire. Il y a huit ans, ce pépiniériste de métier a passé un an à observer sa parcelle. Dans ce jardin expérimental, tout a été planté pour nourrir les insectes et leurs prédateurs. Car sans la pollinisation, un million d'espèces sont menacées d'extinction. Lors de ces visites pédagogiques, il le répète : il faut laisser pousser les "herbes folles".

Le JT
Les autres sujets du JT
Le 12/13 est parti à la rencontre d\'un jardinier qui se dit \"punk\", dans l\'Yonne. Sa devise : faire moins pour le bien-être des espèces.
Le 12/13 est parti à la rencontre d'un jardinier qui se dit "punk", dans l'Yonne. Sa devise : faire moins pour le bien-être des espèces. (France 3)