Cet article date de plus de cinq ans.

Vidéo "Nous sommes une lumière dans la nuit"… Il veut faire rentrer et les bistrots de Paris au patrimoine immatériel de l’UNESCO

Publié
Durée de la vidéo : 3 min
Les bistrots et les terrasses de Paris au patrimoine immatériel de l’Unesco. C’est le combat que mène ce restaurateur. Voilà pourquoi c'est important.
VIDEO. “Nous sommes une lumière dans la nuit“… Il veut faire rentrer et les bistrots de Paris au patrimoine immatériel de l’UNESCO Les bistrots et les terrasses de Paris au patrimoine immatériel de l’Unesco. C’est le combat que mène ce restaurateur. Voilà pourquoi c'est important. (BRUT)
Article rédigé par Brut.
France Télévisions

Les bistrots et les terrasses de Paris au patrimoine immatériel de l’Unesco. C’est le combat que mène ce restaurateur. Voilà pourquoi c'est important.

Préserver l’art de vivre des bistrots et terrasses de Paris, c’est le combat du restaurateur Alain Fontaine.

Des lieux de "partage" et de "brassage social"

"On est des lieux de tranquillité (…) C’est peut-être pour ça d’ailleurs qu’un certain jour du mois de novembre… On nous a tapé dessus", estime-t-il. "Cet art de vivre parisien est très particulier", poursuit-il.

Avec son association, le restaurateur veut faire inscrire au patrimoine immatériel de l’UNESCO les terrasses et bistrots parisiens.

Selon lui, ce sont des lieux de "partage" et de "brassage social". Mais, il craint que les gens "rentrent chez eux, passent du temps devant les nouvelles technologies, ou devant leur télévision tout simplement", et qu’en plus ils se fassent livrer des repas chez eux. "Donc, qu’ils ne participent plus à la vie de quartier". "Nos plus belles histoires d’amitié et d’amour ont commencé souvent dans des bistrots et sur des terrasses et c’est la vérité !", explique Alain Fontaine.

"On va se battre pour exister"

Pour lui, la préservation de ces lieux passe par : une cuisine faite maison, des petits producteurs, des patrons indépendants et la formation d’apprentis.

"On fait de la vraie cuisine française (…) On a des vrais cuisiniers qui sont diplômés et qui peuvent prendre sous leur aile des apprentis", assure Alain Fontaine. Son objectif ? Continuer de se battre pour exister coûte que coûte, pour que cet art de vivre perpétue et pour "le partager avec le monde entier". "Quand vous avez des points de fixation, comme ça, vous enlevez la solitude, vous enlevez la violence, vous apportez de la paix, de l’amour", explique Alain Fontaine. "Nous sommes une lumière dans la nuit". Il faudra attendre 2020 pour avoir le verdict de l’UNESCO.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.