Vacances : les bonnes recettes du tourisme en France au mois de juillet

Publié
Durée de la vidéo : 3 min.
Vacances : les bonnes recettes du tourisme en France au mois de juillet
FRANCEINFO
Article rédigé par
C. Pain, S. Soubane, L. Kebdani, F. Mazou, B. Parayre, M. Lecharpentier, T. Toujas - franceinfo
France Télévisions

Le premier bilan touristique du mois de juillet en France est plutôt satisfaisant malgré la crise sanitaire. L'ensemble des établissements hôteliers affichent globalement un taux d'occupation supérieur à 60%.

Comme l'an dernier, les Français ont majoritairement choisi de passer leurs vacances d'été dans l'Hexagone. La pandémie de Covid-19 confirme le succès de l'hôtellerie de plein air, des gîtes et des locations meublées. Dans un camping du littoral héraultais, la saison a démarré très fort. Plus aucun bungalow n'est disponible depuis les tout premiers jours du mois de juillet. Les réservations se sont en effet emballées dès l'annonce du déconfinement. 

Des établissements complets très tôt 

"Ce mois de juillet paraît exceptionnel, et la grosse particularité, c'est qu'il a démarré très tôt, beaucoup plus tôt que d'habitude, explique Philippe Robert, président de la confédération Occitanie hôtellerie de plein air. Sur des établissements comme celui-là, nous avons été complets à partir du 3 juillet, chose que nous ne connaissons pas. D'habitude, on arrive à être complet aux alentours du 10, du 15 juillet."

Si les stations balnéaires ont toujours la cote l'été, l'engouement pour les territoires ruraux et la montagne va croissant. Cet été, sur l'ensemble des massifs français, la fréquentation est en hausse de 9 points en moyenne. Les vacanciers recherchent des activités en plein air, comme les randonnées. En revanche, les commerces et activités culturelles des sites les plus touristiques subissent quant à eux de plein fouet l'absence de clientèle étrangère. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Restauration, hôtellerie, sports, loisirs

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.