Tickets restaurants : certains restaurateurs les refusent

Certains restaurateurs refusent les tickets-restaurants. Selon eux, les frais de commission seraient trop élevés et le délai de remboursement trop long.

Dans le restaurant de Xavier Denamur à Paris, le message est écrit noir sur blanc : "grève illimitée des tickets restaurants". Il est désormais impossible de régler avec des titres restaurants. Les commissions que prennent les sociétés qui gèrent les titres restaurants sont dans le viseur du patron. Il les juge trop élevées. Il admet avoir perdu quelques clients en les refusant, car ces tickets restent très populaires. Près de 4 millions de salariés en reçoivent de leur entreprise.


Le plafond est passé de 19 euros à 38 euros


Le gouvernement a poussé les salariés à les consommer. Depuis la crise sanitaire, le plafond est passé de 19 euros par jour à 38 euros, avec la possibilité de les utiliser les soirs et les week-ends. L'objectif est de soutenir les restaurateurs. "Un salarié qui est équipé d'un titre restaurant va entre trois à quatre fois plus au restaurant que quelqu'un qui n'en a pas. Nous apportons chaque année 15 % de chiffre d'affaires à l'ensemble de la restauration commerciale", explique François Barbey, directeur de marché groupe UP, l'une des sociétés émettrices de titres restaurants. L'entreprise justifie également le montant de ses commissions par les coûts commerciaux et de gestion très importants. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Une addition dans un restaurant réglée par des tickets-restaurant.
Une addition dans un restaurant réglée par des tickets-restaurant. (PHILIPPE HUGUEN / AFP)