Hôtellerie-restauration : début des négociations salariales entre les partenaires sociaux

Publié
Durée de la vidéo : 1 min.
Article rédigé par
G. Papin, A. Girault-Carlier - France 2
France Télévisions

Des négociations salariales se sont ouvertes, jeudi 18 novembre, entre le patronat et les syndicats du secteur de l’hôtellerie-restauration, qui a perdu 237 000 salariés depuis le début de la crise sanitaire.

Petits salaires, horaires décousus et journées à rallonge : en France, le secteur de l’hôtellerie-restauration peine à recruter, et la crise sanitaire a encore érodé les effectifs. Selon le ministère du Travail, la branche a perdu 237 000 salariés en un an. Alors, sous la pression du gouvernement, qui souhaite une revalorisation des métiers, les partenaires sociaux ont entamé, jeudi 18 novembre, des négociations. Première étape, les salaires, qui se situent actuellement entre 1 500 et 1 700 euros bruts mensuels.

Une proposition de réévaluation de 8 à 10%

Les représentants du patronat devraient proposer une réévaluation comprise entre 8 et 10%. Une hausse significative pour Franck Delvau, président de l’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie (UMIH) Paris-Île-de-France : "C’est la première fois que l’on propose une telle évolution des grilles de salaires, ça n’a jamais existé. C’est un premier pas, et ça prouve que du côté des organisations patronales, nous sommes conscients qu’il faut faire bouger les choses." Pour les syndicats de salariés, cependant, cette revalorisation ne suffira pas. Ils demandent notamment un 13e mois et un week-end libre par mois pour mieux concilier travail et vie de famille.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.