Covid-19 : "Nous n'avons pas les moyens d'assurer ce contrôle du pass sanitaire", estime le Groupement national des indépendants

Emmanuel Macron a annoncé lundi l'extension du pass sanitaire notamment aux cafés et aux restaurants à partir de "début août".

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Un restaurant à la gare de Rennes, le 9 juin 2021. Photo d'illustration. (MARC OLLIVIER / MAXPPP)

"Plutôt que d'utiliser nos établissements comme des épouvantails, il faudrait que le gouvernement ait le courage de rendre obligatoire la vaccination contre le Covid-19 pour l'ensemble des Français", estime lundi 12 juillet sur franceinfo le président de la branche restauration du Groupement national des indépendants, hôtellerie et restauration (GNI), Laurent Fréchet.

>> Suivez notre direct sur l'épidémie de Covid-19

Emmanuel Macron a annoncé lundi l'extension du pass sanitaire notamment aux "cafés, restaurants, centres commerciaux, hôpitaux" à partir de "début août". "On n'a pas de rôle de police, nous n'avons pas les moyens d'assurer ce contrôle", déplore Laurent Fréchet qui craint d'être contraint de refermer des établissements très prochainement.

franceinfo : Y a-t-il un risque économique ?

Laurent Fréchet : Oui, très clairement. Je pense qu'une partie de la population qui fréquente nos établissements n'est pas vaccinée. Rares sont les jeunes qui le sont à ce jour. Je crois que ça va être très compliqué pour les bars et pour certains restaurants. Dans tous les cas, ça va être compliqué pour tous parce, contrairement à la SNCF, aux aéroports, aux festivals, aux musées, aux centres d'exposition qui ont tous leur service de sécurité, nous n'avons pas les moyens d'assurer ce contrôle du pass sanitaire.

Il faut rappeler qu'il y a en moyenne un patron et quatre salariés en établissement de restauration. On n'a pas de rôle de police. Si c'est le seul et unique moyen pour que nous restions ouverts le plus tard possible, écoutez, nous allons faire ces contrôles mais que faire si un client refuse de vous montrer son pass sanitaire ?

Vous craignez des fermetures ?

Au rythme où vont les choses, je ne suis pas très serein sur la poursuite de notre activité à l'automne. J'ai l'impression qu'on se retrouve encore un an en arrière où on a pu passer un été libéré de certaines contraintes pour pouvoir mieux refermer à l'automne. C'est un petit peu le jour sans fin. Je comprends bien l'état d'esprit du gouvernement qui veut inciter les gens à se faire vacciner en rendant obligatoire le pass sanitaire pour se rendre dans les lieux de convivialité.

Maintenant, plutôt que d'utiliser nos établissements comme des épouvantails, peut-être qu'il faudrait que le gouvernement ait enfin le courage de rendre obligatoire la vaccination pour l'ensemble des Français. Le Covid n'est pas une grippe saisonnière, le Covid tue, le Covid crée des handicaps sur le long terme. Il faut prendre le taureau par les cornes.

Vos propres salariés devront avoir ce pass sanitaire pour continuer à travailler. Ça aussi, c'est un futur problème ?

Je pense qu'ils sont en grande partie vaccinés. Ils ont voulu se protéger et protéger les clients. Quand j'interroge mes salariés, la plupart me répondent qu'ils se sont fait vacciner. Maintenant, on se heurte aussi au secret médical. Comment allons-nous faire pour rendre obligatoire ce vaccin et contrôler que le salarié a effectivement été vacciné ? Donc on attend comme à chaque fois les décrets d'application. Tant qu'on ne les a pas, on ne sait pas sur quel pied danser. Est-ce que ce pass sanitaire va s'appliquer sur nos terrasses par exemple ? Encore une fois, j'ai peur qu'on ait les réponses de façon assez tardive. Un dernier point à préciser aussi, c'est que malheureusement, ces nouvelles contraintes arrivent alors que l'Etat a annoncé qu'à partir du mois d'août, les aides accordées à ce secteur vont s'arrêter.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Restauration, hôtellerie, sports, loisirs

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.