Assurances : Axa dégage 300 millions d'euros pour ses clients restaurateurs

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Assurances : Axa dégage 300 millions d'euros pour ses clients restaurateurs
France 3
Article rédigé par
France Télévisions

300 millions d'euros : c'est le prix qu'est prêt à payer Axa pour mettre fin au bras de fer avec les restaurateurs. Ces derniers se battent pour être indemnisés suite aux pertes causées par la pandémie de Covid-19. Si la voie à l'amiable a été choisie, pas sûr qu'elle convainque tout le monde.

Depuis trois semaines, les restaurants reprennent vie et les patrons retrouvent le sourire. Mais la facture des différents confinements est lourde. "Entre 500 000 et 550 000 euros", estime Frédéric Casado, restaurateur. Son assureur, le groupe Axa, a proposé jeudi 10 juin un règlement à l'amiable aux 15 000 restaurateurs qui ont un contrat couvrant les pertes d'exploitation en cas de pandémie. "J'espère récupérer cinq ou six mois d'exploitation", confie Frédéric Casado

Une enveloppe de 300 millions

Après un an de bras de fer et une image écornée, Axa a annoncé jeudi 10 juin une enveloppe de 300 millions d'euros. "Les 300 millions, ce n'est pas une indemnisation. C'est une transaction pour mettre fin à ce flou judiciaire", a déclaré Thomas Burberl, directeur général d'Axa, jeudi 10 juin. Mais les contours de cette transaction restent à définir. "C'est une première étape parce qu'il va falloir se mettre d'accord sur les modalités, reconnaît Maître Philippe Meilhac, qui défend une centaine de restaurateurs. Mais il ne s'agira bien sûr pas de brader l'indemnisation." Michel Sarran, chef étoilé à Toulouse (Haute-Garonne), craint de ne pas être indemnisé à la hauteur de la perte. "S'ils veulent encore carotter quelques euros, je dirai non et j'irai jusqu'au bout ". D'autres restaurateurs ont annoncé qu'ils n'abandonneraient pas les poursuites en cours. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Restauration, hôtellerie, sports, loisirs

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.