Allègement de charges ou baisse de la TVA : à Lyon, les restaurateurs suspendus aux annonces d'Emmanuel Macron

A Lyon comme partout ailleurs, les restaurateurs, frappés de plein fouet par la crise, attendent beaucoup de l'intervention d'Emmanuel Macron en marge de la cérémonie du 14-Juillet.

Terrasse de retaurant. Illustration
Terrasse de retaurant. Illustration (CAROLINE SEIDEL / DPA)

Combien de temps vont-ils encore tenir ? Combien de semaines avant que la trésorerie ne puisse plus supporter les journées à dix couverts au lieu de cinquante ? A Lyon, Xavier Bérieux est le co-gérant d'un restaurant typique, un Bouchon : "Ce qui, l’été, nous sauve en général ce sont les touristes qui sont capables de manger une quenelle à Lyon par 38°C mais ils ne sont pas là et donc c’est un peu plus dur". 

Emmanuel Macron attendu au tournant

Le secteur de l'hôtellerie restauration, en souffrance depuis la crise sanitaire, est suspendu aux annonces du président Emmanuel Macron. Le Chef de l'Etat devrait apporter des réponses lors de la traditionnelle interview du 14-Juillet. Il devrait fixer les objectifs du grand plan de relance promis d'ici la fin de l'été. Et à Lyon, les patrons du secteur ne manquent pas d'idée à souffler à l'oreille d'Emmanuel Macron.

>> Emmanuel Macron donnera une interview en direct à la télévision le 14 juillet, à deux ans de la présidentielle

Pour Xavier Bérieux la solution est simple : "Il faut un geste sur les charges car si on veut faire un service correcte il nous faut du personnel qualifié, du personnel que l’on paye et ça coûte cher en charges." Baisser les charges d'accord, mais lesquelles ? Trop compliqué à trancher estime Claude Chavane. Lui aussi est basé dans le centre-ville de Lyon. Il est responsable de l'Hôtel de Paris, un établissement qui compte trente chambres. Son plus gros poste de dépense c'est le loyer. Un loyer qu'il a payé pendant 3 mois sans aucune rentrée d'argent. "Je pense qu’il faudrait faire une sorte de ‘Gentlemen agreement’ entre les bailleurs, l’Etat, et nous. Chacun prendrait un mois de loyer ce qui nous permettrait d’alléger réellement notre trésorerie."  

Autre idée qui revient régulièrement de la part des restaurateurs, c'est une TVA à 5.5% [contre 10% dans la restauration], ce que défend Arthur Buchard, propriétaire du Bouillon Baratte sur la presqu’île Lyonnaise. "On se dirige quand même vers une situation économique inconnue qui risque d’avoir un impact sur le pouvoir d’achat des Français", prédit-il.

Je pense que la TVA à 5,5% nous permettrait de pouvoir rendre plus accessible nos restaurants afin de pouvoir peut-être drainer plus de clientèle.Arthur Buchard, restaurateur lyonnaisà franceinfo

L'allègement des charges reste la solution la plus plébiscitée par les restaurateurs et hôteliers. Mais ils sont conscients du prix de ces mesures. D'ailleurs dans son hôtel au Patio Morand, Vincent Payard ne croit pas à un geste de l’exécutif : "Ce qui nous sauve un peu la mise c’est le chômage partiel mais on n’aura pas une baisse des charges parce qu’il y a déjà 500 milliards d’euros [mobilisés par l’Etat pour faire face à la crise] qui sont partis comme ça et qu’il faudra à un moment rembourser". Il aimerait pourtant, un beau coup de pouce, lui qui dort dans son hôtel depuis plusieurs nuits pour éviter de payer un veilleur.