Aix-en-Provence : le Covid-19 entraîne la fermeture de plusieurs restaurants

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Bouches-du-Rhône : le Covid-19 entraîne la fermeture de plusieurs restaurants à Aix
France 3
Article rédigé par
C.Peltin, M-A.Peleran, M.Boissonnet - France 3
France Télévisions

À Aix-en-Provence, de nombreux restaurants ont dû fermer leurs portes, faute de main d'œuvre après la contamination de plusieurs de leurs salariés. Un coup dur pour un secteur qui peine déjà à recruter.

Il y a environ deux mois, les restaurants rouvraient leurs portes. Certains sont contraints de les fermer à nouveau, comme Sébastien Bonnet, à Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône). Jeudi 15 juillet, un cas de Covid-19 est détecté parmi ses 24 salariés. "Le lendemain j'ai demandé à tout mon personnel de se tester, j'ai eu tous les tests le samedi, et il s'est avéré que j'avais deux cas supplémentaires, et trois personnes avec des symptômes", raconte le gérant. Il a ainsi décidé, après un échange avec l'ARS, de fermer son établissement durant une semaine. S'il a depuis repris du service, l'inquiétude est toujours présente. 

Un vaccinobus pour les restaurateurs 

La situation de Sébastien Bonnet est loin d'être un cas isolé. "Ce que je peux vous dire, c'est qu'il y quasiment tous les bars et restaurants d'Aix qui ont au moins un cas Covid en ce moment", assure Mikaël Mendez, président de l'UMIH (Union des métiers des industries et de l'hôtellerie) d'Aix-en-Provence. Pour tenter de résoudre le problème, la mairie et le département prévoient un vaccinobus pour les restaurateurs, qui pourront se faire vacciner sans rendez-vous à partir de vendredi 30 juillet. Selon l'UMIH, les professionnels n'auront toutefois pas le pass sanitaire d'ici le 1er août. Une difficulté à laquelle s'ajoute celle du recrutement, car 30 000 personnes ont quitté le secteur depuis le début de l'année en France. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Restauration, hôtellerie, sports, loisirs

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.