Violences conjugales : une décision polémique

Une femme devenue paraplégique après avoir été défenestrée a été jugée partiellement responsable de sa situation. Cet événement provoque un tôlé.

FRANCE 2

Cela fait presque cinq ans que cette femme est en fauteuil roulant. 4 août 2013, elle est défenestrée par son compagnon, un homme violent qui sera condamné à 15 ans de prison. La justice estime d’abord son indemnisation à 90 000 euros, mais la commission en charge des victimes considère qu’elle porte une part des responsabilités et ne lui accorde que 67 500 euros.

"C'est comme si j'avais cherché à ce qu'on me jette par la fenêtre"

Elle a accepté de témoigner, accompagnée de ses avocats. "Ce que je n'ai pas compris c'est le fait de me tenir responsable, explique-t-elle. C'est comme si j'avais cherché à ce qu'on me jette par la fenêtre et à devenir paraplégique à vie." Selon la commission, les faits se sont déroulés dans un "contexte d'alcoolisation et de consommation de produits stupéfiants". Un comportement fautif selon eux. La victime se serait "exposée consciemment à des risques d'agression en décidant de revenir dans la nuit au domicile." Pour Marlène Schiappa, secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, l’argumentaire de la commission n’est pas recevable.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une femme devenue paraplégique après avoir été défenestrée a été jugée partiellement responsable de sa situation. Cet événement provoque un tôlé.
Une femme devenue paraplégique après avoir été défenestrée a été jugée partiellement responsable de sa situation. Cet événement provoque un tôlé. (FRANCE 2)