Violences conjugales : le calvaire d’une habitante de la Sarthe

Une jeune femme devenue paraplégique après avoir été défenestrée par son compagnon en 2013 a été jugée partiellement responsable de cette situation. Elle n’est indemnisée que partiellement, ce qui suscite une vive polémique.

FRANCE 3

Aïda est paraplégique depuis le 24 août 2013. Ce jour-là, elle est défenestrée par son compagnon, un homme violent condamné à 15 ans de prison. Pour son handicap, elle devait recevoir une indemnisation de 90 000 euros. Problème : la commission en charge des victimes a évoqué le fait qu’elle porte une part des responsabilités et ne lui accorde que 67 500 euros. Elle a accepté de témoigner, accompagnée de ses avocats. "Ce que je n’ai pas compris c’est le fait de me tenir responsable. C'est comme si j'avais cherché à ce qu'on me jette par la fenêtre et à devenir paraplégique à vie."

Les avocats ont fait appel

Selon la commission, Aïda a adopté un comportement à risque. Elle est retournée chez son ancien compagnon alors que la police lui avait conseillé de partir. Pour ses avocats, ces arguments ne sont pas recevables. En réalité, ces cas sont très rares. D’après la présidente de la commission, cette décision est toutefois justifiée. Les avocats ont fait appel.

Aïda est paraplégique depuis le 24 août 2013.
Aïda est paraplégique depuis le 24 août 2013. (CAPTURE D'ÉCRAN FRANCE 2)