VIDÉO : "Je suis arrivée mais après, il y avait le choc" : après avoir fui la Roumanie, elle raconte son premier jour en France

En juillet 2017, Ana et sa mère arrivent à Massy après avoir quitté la Roumanie. Son premier jour en France, voilà comment elle l'a vécu.

BRUT

Ana Maria a été contrainte de fuir la Roumanie pour la France avec sa mère. Mais à l'arrivée, la désillusion s'installe rapidement : elle réalise qu'elle va devoir grandir dans un bidonville. Si le contraste entre ses rêves et la réalité est diffcile à accepter, elle est consciente qu'un retour en Roumanie est impossible. "Je me suis dit : je vais me battre pour m'en sortir", confie-t-elle.  

Je passais par le lycée et je voyais tous les élèves qui vont en première le jour de la rentrée (...) je me suis senti exclue et franchement j'avais le cœur brisé.

Ana Maria

à Brut.

La désillusion fut d'autant plus douloureuse que pour pouvoir s'en sortir, elle a dû se battre pour rentrer à l'école. "Il y a plus de 100 000 enfants qui ne sont pas scolarisés en ce moment", précise-t-elle. Après avoir obtenu 80/100 à son examen de français, elle a pu intégrer finalement un lycée dit "normal". Aujourd'hui, Ana habite encore dans un bidonville à Anthony. Elle a cofondé le collectif "École Pour Tous" prônant une scolarisation sans restriction. Et plus tard, elle aimerait devenir assistante sociale et venir en aide aux plus démunis.

VIDÉO : \"Je suis arrivée mais après, il y avait le choc\" : après avoir fui la Roumanie, elle raconte son premier jour en France
VIDÉO : "Je suis arrivée mais après, il y avait le choc" : après avoir fui la Roumanie, elle raconte son premier jour en France (BRUT)