Vidéo Détection de métaux : simple loisir ou délit passible de poursuites ?

Publié Mis à jour
Envoyé spécial. Détection de métaux : un loisir ou un délit ?
Article rédigé par
France Télévisions

Avec leurs étonnantes poêles à frire et leur casque sur les oreilles, ils chassent les trésors enfouis dans le sol. Les détectoristes sont-ils d'inoffensifs collectionneurs ou des pilleurs d’antiquités ? "Envoyé spécial" a rencontré l'un de ces passionnés qui font régulièrement l'objet de poursuites judiciaires.

La détection de métaux est-elle un délit passible de poursuites, ou bien un simple "hobby" ? Du pillage d'antiquités, ou une innocente chasse au trésor ? Grégory Henrich, lui, milite pour la liberté de détection. Le jeune Drômois a fait du massif des Baronnies son "terrain de jeu". Et entre deux de ses trouvailles, qu'il filme pour les poster sur YouTube, il le proclame dans ses vidéos : "La détection est un loisir"...

Ce n’est pas l’avis du parquet de Valence, qui a engagé contre lui des poursuites judiciaires un an avant ce reportage. Ce travailleur saisonnier ne comprend pas en quoi il est hors la loi. Il affirme avoir "toujours fait en sorte de respecter les propriétaires, l'histoire locale, de faire les démarches auprès de la mairie, auprès des propriétaires"... Quand il est arrivé dans la région, il s'est présenté aux archéologues locaux, assure-t-il. Il ne voit pas "pourquoi pendant tant d'années, ça ne posait pas de problème, et là, d'un coup, ça pose un problème".

Depuis le 5 octobre 2020, Grégory Henrich se sent "presque traité comme un criminel". Son domicile a été perquisitionné, il a été placé en garde à vue. Quatre gendarmes ont débarqué avec un archéologue pour saisir une partie de ses découvertes. Au total, 47 objets ont été saisis, parmi lesquels deux pièces de monnaie romaines, et une mérovingienne.

Poursuivi pour "fouilles archéologiques sans autorisation préfectorale"

Il est notamment accusé d'avoir réalisé des fouilles archéologiques sans avoir obtenu au préalable une autorisation préfectorale. Or, c'est bien ce qu'il conteste : faire des fouilles archéologiques. Pour lui, la détection est un loisir. Il en veut pour preuve le fait qu'aucun livre d'histoire ou d'archéologie n'a été trouvé à son domicile lors de la perquisition.

"Si j'avais fait des recherches préalables, si j'étais parti dans des livres d'histoire, si j'avais ciblé les endroits, que j'avais cherché dans le but de trouver des objets précis, effectivement, ça aurait été du pillage. Dans mon cas, je vais détecter, on le voit dans mes vidéos, au petit bonheur la chance, et de temps en temps, il m'arrive de trouver une pièce de monnaie. Est-ce qu'on peut considérer que cette pièce de monnaie, elle est hyper intéressante pour le patrimoine ? Sûrement : elle a des informations à apporter. Maintenant, est-ce que je l'ai pillée ? Non : je l'ai trouvée. Fortuitement ? C'est, encore une fois, au tribunal de répondre."

Extrait de "Détectoristes : les nouveaux chasseurs de trésors", un reportage à voir dans "Envoyé spécial" le 28 octobre 2021.

> Les replays des magazines d'info de France Télévisions sont disponibles sur le site de Franceinfo et son application mobile (iOS & Android), rubrique "Magazines".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.