Services publics : la Seine-Saint-Denis est-elle moins favorisée ?

Cinq maires de Seine-Saint-Denis s'apprêtent à déposer un recours contre l'État pour "rupture d'égalité". Un rapport a révélé qu'il y aurait proportionnellement moins de policiers dans le département alors que la criminalité y est plus forte qu'ailleurs.

FRANCE 2

La Seine-Saint-Denis craque. Cinq élus s'apprêtent à déposer un recours contre l'État, car selon eux, leur département reçoit moins d'argent public que les autres. Le territoire enregistre le plus fort taux de pauvreté et de criminalité, or les moyens ne suivent pas si l'on en croit un rapport parlementaire. 1 policier pour 400 habitants à Stains, contre 1 policier pour 315 habitants dans le 18e arrondissement de Paris. Même situation pour la justice. Au tribunal d'instance d'Aubervilliers, le délai d'attente pour une audience est de 12 mois contre deux à Paris.

Les maires réclament une indemnité financière

"Il y a d'autres domaines où nous devons progressivement nous ajuster", avouait le préfet de Seine-Saint-Denis, Pierre André Dunand, au printemps dernier. En attendant des conclusions sur la situation dans le département, les maires réclament au gouvernement des indemnités financières pour compenser les inégalités de traitement dont seraient victimes les habitants.

Le JT
Les autres sujets du JT
L\'hôtel de ville de Bobigny, en Seine-Saint-Denis.
L'hôtel de ville de Bobigny, en Seine-Saint-Denis. (THOMAS SAMSON / AFP)