Procès de l'accident de Millas : l'audience suspendue après une requête de la défense qui dénonce le "manque d'impartialité" de la présidente du tribunal

La reprise du procès est prévue à 14h30 après la réponse du premier président de la cour d'appel.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Les avocats de l'accusée, placée samedi 24 septembre en soins intensifs, Me Louis Fagniez et Me Jean Codognès, le 19 septembre 2022. (NICOLAS TUCAT / AFP)

Le procès de l'accident de Millas, dont l'audience reprenait ce lundi, a été suspendu dans la matinée, a constaté sur place le journaliste de Radio France, au tribunal correctionnel de Marseille. Craignant un "manque d'impartialité" de la présidente du tribunal, l'avocat de la défense a déposé une requête pour faire récuser la magistrate. La reprise du procès est prévue à 14h30 après la réponse du premier président de la cour d'appel.

L'avocat de la conductrice du car scolaire dénonce notamment des "échanges de courriels avec certaines parties civiles" et certains "propos" tenus en plein procès. "La défense n'est pas satisfaite de la fin d'audience de jeudi dernier". Maître Jean Codognès a déposé sa requête sur le fondement de l'article 668-9. Le code de procédure pénale précise que "tout juge peut être récusé s'il y a eu entre le juge et une des parties toutes manifestations assez graves pour faire suspecter son impartialité", ce qui peut conduire à un nouveau procès.

Le procureur dénonce des défauts dans "le suivi psychologique" de l'accusée 

Le procureur s'est dit "en colère" devant le tribunal, estimant que l'avocat de la défense "confisque le procès" : "Vous confondez humanité et impartialité." Il estime que "vouloir faire feu de tout bois est regrettable" alors que la défense a, selon lui, "failli dans le suivi psychologique" de sa cliente.

Nadine Oliveira, la conductrice du car scolaire, jugée depuis lundi à Marseille pour la collision avec un train qui avait coûté la vie à six collégiens en 2017, est "toujours en soins intensifs en cardiologie" après un infarctus samedi, a déclaré son avocat devant le tribunal. "Je l'ai vue dimanche à l'hôpital de Marseille-Nord. J'ai trouvé une femme très affaiblie." Elle doit subir de "nouveaux examens" ce lundi, "notamment du foie".

Selon maître Jean Codognès, Nadine Oliveira a été victime du "syndrome de tako-tsubo", appelé également syndrome du cœur brisé, qui survient après un stress physique ou psychologique intense. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Droit et justice

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.