Justice : sept trafiquants présumés relâchés faute de juge

Des trafiquants de drogue libérés faute de juge au tribunal correctionnel de Pontoise (Val d'Oise). C'est une nouvelle illustration de la pénurie chronique de magistrats qui parfois met en péril le bon fonctionnement de la justice.

Voir la vidéo
France 3

Ils étaient basés à Montigny-lès-Cormeilles, dans le Val-d'Oise, et approvisionnaient en cocaïne et en ecstasy des soirées festives jusque dans la région bordelaise. Douze trafiquants présumés devaient comparaître cette semaine au tribunal correctionnel de Pontoise (Val d'Oise), mais à quelques jours du procès, la présidente du tribunal est tombée gravement malade. Aucun magistrat n'était disponible pour la remplacer. Le procès a donc été reporté au mois de mars 2019. Conséquence : sept des trafiquants présumés, qui étaient incarcérés depuis six mois, ont été libérés en vertu du code de procédure pénale.

Le procès aura bien lieu

Il avait fallu plus d'un an d'enquête pour démanteler le réseau. "Il y a un sentiment de frustration indéniable, mais malheureusement c'est l'application stricte du droit et qui met en exergue les problèmes de moyens accordés à la justice, la surcharge de travail des magistrats, le manque de magistrats, qui conduit à ce que des dates d'audience ne puissent pas être fixées dans un temps raisonnable, pour éviter la libération de trafiquants de stupéfiants", explique à France 3 Ludovic Collignon, syndicat Police Alliance. Au ministère de la Justice, on souligne que le procès aura bien lieu et que les trafiquants présumés comparaitront.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le tribunal correctionnel de Pontoise a dû libérer sept prévenus dans une affaire de trafic de stupéfiants, faute de magistrat pour les juger, mardi 19 juin.
Le tribunal correctionnel de Pontoise a dû libérer sept prévenus dans une affaire de trafic de stupéfiants, faute de magistrat pour les juger, mardi 19 juin. (GOOGLE MAPS)