Crimes sexuels : le délai de prescription en question

Une mission co-présidée par l'animatrice Flavie Flament propose de prolonger le délai de prescription concernant les crimes sexuels.

France 3
Un rapport remis à la ministre de la Famille propose d'allonger de 10 ans le délai de prescription des crimes sexuels, le faisant ainsi passer de 20 à 30 ans après la majorité de la victime. Nous sommes retournés voir une victime qui nous avait confié son témoignage poignant il y a quelques semaines.

"Des crimes que l'on subit une seconde fois"

C'est en 2009, à l'occasion d'une séance d'hypnose, que resurgit chez Miye le souvenir du viol qu'elle a subi alors qu'elle n'avait que cinq ans. Un immense traumatisme qu'elle ne peut pas tenter d'exorciser par la voie judiciaire, l'agression étant trop ancienne et faisant l'objet d'une prescription. "La non-réponse judiciaire, à l'époque, est d'une violence terrible [...] On a besoin d'une réponse par rapport à des crimes que l'on subit une seconde fois, comme s'ils s'étaient passés la veille", nous confie-t-elle. Elle milite désormais aux côtés d'autres victimes de crimes sexuels, pour faire changer cette situation.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une proposition de loi supprimant le mot \"race\" du Code pénal, du Code de procédure pénale et de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse a été adoptée à l\'Assemblée en mai 2013.
Une proposition de loi supprimant le mot "race" du Code pénal, du Code de procédure pénale et de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse a été adoptée à l'Assemblée en mai 2013. (ERIC PIERMONT / AFP)