Covid-19 : peut-on invoquer le droit de retrait ?

Le musée du Louvre, à Paris, n'a pas ouvert ses portes depuis samedi 29 février, ses salariés ayant exercé leur droit de retrait. Lundi, 200 chauffeurs de bus de l'Essonne ont également refusé de prendre le volant, craignant de s'exposer au Covid-19. À quelles conditions le droit de retrait peut-il vraiment s'exercer ?

FRANCE 2

Quelques professeurs dans les écoles, la grande majorité du personnel du musée du Louvre (Paris) ou encore des chauffeurs de bus en région parisienne... Tous exercent leur droit de retrait, de peur d'être contaminés par le Covid-19. Mardi 3 mars au matin, dans l'Essonne, aucun bus n'est sorti du dépôt. Les conducteurs dénoncent les dispositions prises par leur entreprise pour les protéger du Covid-19, qu'ils trouvent insuffisantes. Une inquiétude partagée par certains professeurs des écoles de l'Oise, même à plusieurs kilomètres des zones de foyer. Près de 25 sont actuellement en retrait. Le mouvement pourrait s'étendre, selon certains syndicats.

Des propositions pour inciter le personnel à reprendre le travail

Mais le Covid-19 est-il une raison valable pour faire valoir son droit de retrait ? Selon le Code du travail, n'importe quel salarié, s'il se sent en danger, peut l'exercer. Mais selon l'avocat en droit du travail Me Nicolas Mancret, seul un juge est habilité à trancher en cas de litige, car chaque cas est unique. De son côté, le directeur général de la santé va plus loin. Selon lui, les conditions ne sont pas réunies à l'heure actuelle pour invoquer un droit de retrait. Au musée du Louvre, la direction vient de faire plusieurs propositions pour inciter son personnel à reprendre le travail. Ces dispositions vont-elles rassurer les salariés du musée ? Ils se prononceront mercredi matin sur la reprise ou non de leur travail.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le musée du Louvre à Paris, le 28 février 2020.
Le musée du Louvre à Paris, le 28 février 2020. (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)