Tomi Ungerer : disparition d’un conteur engagé

Le dessinateur strasbourgeois Tomi Ungerer est décédé samedi 9 février en Irlande. On lui doit de célèbres contes pour enfants et des dessins pour adultes. Son œuvre restera engagée contre le racisme et la guerre.

C’est l’un des seuls artistes à avoir inauguré un musée à son nom à Strasbourg. Tomi Ungerer est décédé à l’âge de 87 ans après une carrière riche de 70 livres et de milliers de dessins, comme "Les Trois Brigands" ou "Jean de la Lune" qui ont marqué des milliers de personnes. "Un adulte qui lit une histoire de Tomi à ses enfants s’y retrouve autant que les enfants", déclare une femme. "Un très très grand humaniste, avec à la fois un optimisme et une extraordinaire lucidité", met en avant Paul Lang, directeur des musées de Strasbourg.

Artiste engagé

De ses traumatismes d’enfants, la mort de son père et l’endoctrinement nazi, il en fera les piliers de son œuvre. Il sera aussi le premier à utiliser la cruauté dans les livres pour enfants pour guérir de la bêtise. "Il est essentiel de traumatiser les enfants pour qu’ils puissent faire face à la vie", disait-il. Parti aux États-Unis à l’âge de 25 ans, il s’est fait connaître par le dessin de presse et les caricatures de la société ou de la guerre du Vietnam.
Il aura expérimenté toutes les techniques de dessin, avec notamment le collage et la peinture, tout en gardant son âme d’enfant. Un artiste qui aura marqué son époque.

Le JT
Les autres sujets du JT
L\'illustrateur Tomi Ungerer lors d\'une cérémonie à Stuttgart (Allemagne), le 10 octobre 2018.
L'illustrateur Tomi Ungerer lors d'une cérémonie à Stuttgart (Allemagne), le 10 octobre 2018. (MARIJAN MURAT / DPA / AFP)