Roman : dans "Enfant de salaud", Sorj Chalandon raconte son père mythomane

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 5 min.
Roman : dans "Enfant de salaud", Sorj Chalandon raconte son père mythomane
franceinfo
Article rédigé par
J.-J. Buty, D. Pépin, R. Carles, P. Crapoulet - franceinfo
France Télévisions

Dans "Enfant de salaud", Sorj Chalandon narre l'histoire de son père, mythomane, qui toute sa vie a menti à son fils. Il lui raconte avoir été un grand résistant, puis un nazi auprès d'Hitler, avant que le journaliste ne découvre son passé de collaborateur, après sa mort.

Sorj Chalandon, journaliste et écrivain, est l'auteur de Enfant de salaud, paru chez Grasset, un roman inspiré de sa propre histoire. Il racontait déjà l'histoire de son père mythomane dans Profession du père, sorti en 2015. Celui-ci racontait alors à l'auteur, encore petit, ses milles vies d'aventure. Il avait différents métiers selon les jours. "Il n'était pas instituteur un jour, ferronnier le lendemain, ou vitrier, il était chef de la CIA, agent secret ou professeur de judo", raconte Sorj Chalandon aujourd'hui. "Il était mon héros, il voulait m'éblouir, mais il m'a aveuglé."

Passer de résistant à Waffen-SS

Son père lui raconte avoir été un grand résistant pendant la guerre, ce qui n'était pas l'avis de son grand-père. "Il me dit qu'il l'a vu habillé en allemand dans Lyon et tuer un enfant de salaud", se souvient-il. Son père lui interdit alors de voir son grand-père. Pendant des années, l'écrivain croit son père, mais avant de mourir, celui-ci lui fait une confidence, qui s'avèrera être encore une fois un mensonge. "Il me dit : 'en fait il faut que je te dise la vérité (...) oui j'ai résisté, mais contre le communisme, j'étais Waffen-SS, j'étais dans la division Charlemagne et j'étais l'un des derniers à quitter le bunker d'Hitler en mai 1945'"Sorj Chalandon ne découvrira la vérité qu'en 2020. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Travailler dans les métiers d'art, culture, édition

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.