Langage : adieu au "nègre littéraire", bonjour au "prête-plume"

Le ministère de la Culture incite les maisons d'édition à utiliser le terme de "prête-plume" plutôt que l'expression "nègre littéraire".

FRANCE 2

Tout a commencé avec Nelly Buffon. Directrice d'une agence de conseil littéraire, elle a lancé en mars dernier une pétition pour que l'expression "nègre littéraire" soit remplacée par l'expression "prête-plume" ou "écrivain fantôme". Le ministère de la Culture a suivi et recommande à la presse et aux éditeurs d'aller dans ce sens.

L'expression fait toujours débat

L'expression nègre littéraire est née au XIXe siècle. À l'époque, Alexandre Dumas est accusé de rabaisser ses prête-plumes à "la condition de nègres travaillant sous le fouet d'un mulâtre". Pour certains, l'expression est toujours aussi raciste qu'à l'époque. L'académicien Jean-Marie Rouart condamne toute forme de racisme, mais s'inquiète pour la langue française. Les maisons d'édition, elles, auront toujours besoin de prête-plumes, vous les avez surement lus sans le savoir.

Le JT
Les autres sujets du JT
Dans une librairie. Désormais, il est préconisé d’employer le terme \"prête-plume\" pour désigner la fonction ou le métier d’écrivain de substitution.
Dans une librairie. Désormais, il est préconisé d’employer le terme "prête-plume" pour désigner la fonction ou le métier d’écrivain de substitution. (DENIS MEYER / HANS LUCAS)