Etats-Unis : un musée promet dix millions de dollars pour tenter de résoudre le plus gros vol de tableaux depuis 27 ans

En mars 1990, deux hommes déguisés en policiers avaient volé des oeuvres de Vermeer, Rembrandt ou Degas dans le musée Isabella Stewart Gardner de Boston (Etats-Unis). Ce vol est vu comme le "plus grand hold up d'art non résolu du monde".

Le musée Isabella Stewart Gardner à Boston (Etats-Unis), le 18 mars 2013. 
Le musée Isabella Stewart Gardner à Boston (Etats-Unis), le 18 mars 2013.  (JESSICA RINALDI / REUTERS)

Les équipes du musée Isabella Stewart Gardner de Boston (Etats-Unis) sont prêtes à payer le prix fort, pour tenter de résoudre le vol qu'elles ont subi, il y a bientôt 28 ans. Le musée a décidé d'offrir la somme de 10 millions de dollars à toute personne l'aidant à résoudre le vol qu'il a subi en mars 1990, relève BFMTV.

Lors de ce vol, considéré comme le "plus grand hold up d'art non résolu du monde", plusieurs prestigieuses peintures de Vermeer, Rembrandt ou encore Degas ont disparu du musée. Le montant total des 13 oeuvres dérobées s'élève à près de 500 millions de dollars, rapporte BFMTV. 

Jusqu'au 31 décembre, des personnes ayant la moindre information sur ce vol pourraient ainsi recevoir dix millions de dollars de la part du musée Isabella Stewart Gardner. Cette récompense sera réévaluée à la baisse dès le 1er janvier, passant à cinq millions de dollars pour tout détenteur d'une information permettant de retrouver ces oeuvres. 

Plusieurs dizaines d'appels depuis mai

Comme l'explique le New York Times (lien en anglais), le musée a doublé sa récompense au mois de mai et a mis une date limite à cette proposition, afin d'inciter des personnes ayant des informations à se manifester. Le musée Isabella Stewart Gardner a depuis reçu plusieurs dizaines d'appels, mais la plupart n'ont pas abouti à des pistes sérieuses pour résoudre ce vol, poursuit le quotidien américain. 

Le journal rappelle qu'à ce stade, personne n'a encore été accusé du vol de ces oeuvres. Le FBI avait annoncé en 2013 qu'il connaissait les identités des voleurs, sans toutefois révéler leurs identités. Il a plus tard déclaré que ces derniers étaient morts.