Violences à Paris : la capitale panse ses plaies

Au lendemain des violences survenues samedi 1er décembre, les dégâts sont considérables à Paris.

Voir la vidéo
France 2

Une file de voitures incendiées à quelques pas de l'Arc de triomphe à Paris. Un peu plus loin, des pavés démontés. Les passants sont médusés et certains parlent de scènes de "guerre". Du quartier de l'Étoile à la prestigieuse église Saint-Augustin, c'est la même vision de chaos. Les employés de la mairie de Paris essayent d'effacer les traces des violences de la nuit du samedi 1er au dimanche 2 décembre. Pendant les émeutes, un habitant de l'avenue Kléber a assisté au saccage, il parle d'une "destruction gratuite".

Les habitants craignent de nouvelles violences

Un peu plus loin, les casseurs s'en sont pris à une école maternelle. Vitres et portes cassées, une violence incompréhensible pour ce riverain : "Ça m’écœure de voir qu'ils s'attaquent à une école, c'est le lieu où l'on doit justement aller pour sortir de sa condition de base, c'est l'ascenseur social", confie-t-il. Près des Champs-Élysées, les habitants craignent que le scénario des violences se répète une nouvelle fois le week-end du 8 et 9 décembre.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un pompier devant une voiture incendiée lors de la manifestation des \"gilets jaunes\" à Paris, le 1er décembre 2018.
Un pompier devant une voiture incendiée lors de la manifestation des "gilets jaunes" à Paris, le 1er décembre 2018. (ABDULMONAM EASSA / AFP)