Le Glock 17, nouvelle arme de poing des soldats français : "Il était temps !"

Changement de génération pour les nouvelles armes de poing des soldats français. Les Glock 17 commencent à remplacer les pistolets actuels, dont certains datent des années 50. Les premiers des 80 000 exemplaires commandés sont arrivés à Angers, au 6e régiment du génie.

Article rédigé par
Franck Cognard - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
L'adjudant-chef Sébastien, instructeur de tir au 6e RG, à Angers, lors d'une session de prise en main du nouveau pistolet automatique des armées françaises, le Glock 17.  (FRANCK COGNARD / RADIO FRANCE)

D'abord à 5 mètres, puis 7, puis 10 : à chaque nouvel exercice, les stagiaires reculent et s'éloignent des cibles dressées au fond du stand de tir du 6e régiment du génie (6e RG), à Angers. Ils sont une demi-douzaine ce matin de février à se familiariser avec leur nouvelle arme individuelle, le Glock 17. "On est en 2021, il était temps de disposer d'une arme moderne, plus précise, plus fiable, plus maniable, et avec plus de puissance", résume l'un des instructeurs, l'adjudant-chef Jérôme. 

"Avec les armes vieillissantes, on avait des incidents. Là, avec le Glock 17, j'ai dû tirer 1 000 cartouches depuis janvier, et zéro incident."

L'adjudant-chef Jérôme, instructeur tir au 6e RG

à franceinfo

Il glisse un regard amusé vers une de ses collègues, équipée d'un ancien modèle, le Pamas (pistolet automatique de la Manufacture d'armes de Saint-Étienne). "Vous voyez, décrit-il, l'étui de l'arme n'est pas du tout adapté, il pendouille sur la jambe, le canon est dans la mauvaise direction. L'étui du Glock est rigide, donc il est plus facile à sortir."

Sur une table, un second instructeur place le Glock à côté de ses prédécesseurs, le Pamas, entré en service dans les années 80, et le MAC modèle 1950 (Manufacture d'armes de Châtellerault) dont la conception est bien plus ancienne. L'adjudant-chef Sébastien énumère : "Le Glock pèse moins d'un kilo chargé, contre un kilo et demi pour les deux autres. Ça change tout. Et le Glock contient 17 cartouches, contre huit pour le MAC 50."

A droite, le Glock 17, la nouvelle arme de poing en dotation dans les armées françaises. A gauche, l'un de ses prédécesseurs, le Pamas datant des années 80.  (FRANCK COGNARD / RADIO FRANCE)

Sur le terrain, ça peut tout changer, reprend Jérôme : "Au Mali, lorsqu'il a fallu rentrer dans des grottes, on ne pouvait pas utiliser nos armes longues, HK416 ou Famas. Il a fallu y aller avec les armes de poing. Et avoir huit cartouches au lieu de 17, ça fait une grosse différence." Le Glock 17 était jusque là en dotation chez les forces spéciales uniquement. Désormais, ce sera Glock pour tous les militaires : les armées ont passé commande de 80 000 exemplaires.

"Quand le soldat a un souci avec son arme longue, il a une meilleure capacité à réagir avec le Glock. Ce qui augmente sa sécurité."

Le commandant Michaël, n°2 du 6e RG

à franceinfo

Et une nouvelle fois, pour le "petit équipement", c'est un fournisseur étranger qui a été choisi, comme quand il avait fallu changer de fusil d'assaut, le vieillissant mais français Famas (fusil d'assaut de la Manufacture d'armes de Saint-Étienne), remplacé par une arme allemande, le HK416. L'Autrichien Glock fabrique des armes qui équipent forces militaires et civiles dans le monde entier. En France, la filière des armes longues et de poing est morte. Il faudrait des années et des millions d'euros de recherches et d'études avant de d'espérer pouvoir relancer une fabrication. Et d'espérer être à la hauteur des manufactures d'armes déjà bien installées mondialement.

Ce nouvau semi-automatique, le Glock 17, est donc plus précis, plus fiable, plus compact, plus facile que les deux modèles qu'il remplace. Mais son arrivée dans les forces armées présente un autre avantage, selon le numéro 2 du 6e RG, le commandant Michaël : "L'arrivée du Glock 17 est inscrite dans la LPM, la loi de programmation militaire 2019-2025. Et la LPM, ce n'est pas toujours très concret pour le soldat. Là, cette dotation d'une arme plus moderne et plus performante, c'est du concret. C'est valorisant."

Le Glock 17, nouvelle arme de poing des militaires français. Le reportage de Franck Cognard
écouter

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.