"Gilets jaunes" : les radars fixes font les frais du mouvement

Conséquence de la mobilisation des "gilets jaunes", les radars fixes ont fait les frais de la colère contre le gouvernement.

France 2

Au bord d’une route de l'Oise, deux "gilets jaunes" assument leur acte : ils ont aveuglé un radar automatique. Ils encourent 15 000 euros d'amende. "C'est un moyen de ne pas payer de taxes et un moyen de ne pas le détériorer et de ne pas le dégrader, pour ne pas payer après les réparations, le nettoyage, etc., c'est pacifique", explique une des "gilets jaunes".

Des millions d'euros de manque à gagner

Depuis le début du mouvement, partout en France, les préfectures font leur compte. 42 radars vandalisés en Charente, une cinquantaine dans le Limousin, une quinzaine dans le Doubs. Certaines préfectures ont même renforcé la surveillance de leur équipement. Avec les horodateurs, ils sont les cibles favorites des "gilets jaunes". Depuis le 17 novembre, selon certaines estimations, la moitié des 3 200 radars automatiques de France aurait été vandalisée, dont 250 purement et simplement détruits. La facture des réparations ajoutée au manque à gagner pour l'État se compte en millions d'euros.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un radar automatique sur l\'A10, près de Neuvy-en-Beauce (Eure-et-Loir).
Un radar automatique sur l'A10, près de Neuvy-en-Beauce (Eure-et-Loir). (BERNARD MÉNIGAULT / CROWDSPARK / AFP)