Deux gendarmes condamnés pour avoir harcelé sexuellement une collègue

Lors de son audience, la victime avait accablé les deux gradés et rapporté les propos obscènes tenus par ses deux supérieurs.

Le parquet de Paris a requis un an de prison avec sursis à l\'encontre des deux gendarmes, mardi 2 février 2016. 
Le parquet de Paris a requis un an de prison avec sursis à l'encontre des deux gendarmes, mardi 2 février 2016.  (CHRISTOPHE LEHENAFF / PHOTONONSTOP / AFP)

Six et huit mois de prison avec sursis et une interdiction d'exercer. Le tribunal correctionnel de Paris a condamné, mardi 12 avril, deux gendarmes de la brigade de Joigny (Yonne) pour avoir harcelé sexuellement une collègue. L'adjudant Julien G., le plus gradé et le mieux noté, a écopé de la peine la plus lourde : huit mois avec sursis et 2 500 euros de dommages et intérêts. Le maréchal des logis-chef Ludovic F. a lui été condamné à six mois avec sursis et 1 500 euros de dommages et intérêts. Et il a écopé d'une interdiction définitive d'exercer.

"Ça te dit un plan à trois ?"

Lors de l'audience, la victime avait accablé les deux gradés et rapporté les propos tenus par ses deux supérieurs : "Ça te dit un plan à trois ?" ; "Fais-moi une pipe" "Les Réunionnaises, elles sont chaudes, montre-moi ce que tu sais faire." Sans compter les "gémissements" sur son passage ou un geste obscène mimé avec une matraque... "C'était normal, c'était habituel", avait-elle témoigné à la barre. Après avoir travaillé à Joigny d'octobre 2012 à novembre 2013, elle exerce désormais en région parisienne.