Dans l’Allier, futurs gendarmes et jeunes délinquants marchent ensemble pour lutter contre les préjugés

Publié
Durée de la vidéo : 1 min.
Gendarmes et délinquants
Article rédigé par
France Télévisions

Ils viennent de deux univers que tout oppose. D'un côté des adolescents multirécidivistes impliqués dans des trafics de stupéfiants ou des vols avec violence. De l'autre, de futurs gendarmes adjoints volontaires en formation à l’école de Gendarmerie nationale de Montluçon. Ensemble, ils ont marché le temps d’une balade en pleine nature pour dépasser les préjugés. #IlsOntLaSolution

C’est un exercice inédit dans leur formation de futur gendarme. A l’école de la Gendarmerie nationale de Montluçon, ces futurs membres des forces de l’ordre ont accueilli le temps d’une journée, un groupe d’adolescents placés en centre éducatif fermé. "C’est important de montrer comment on travaille, les formations que l’on a, comment on vit en caserne, la solidarité. On est des citoyens à part entière et on est là pour défendre notre pays et sa population", précise Dama, élève gendarme adjoint volontaire.

Entre incarnation de l'autorité et rejet de celle-ci, leurs vies, radicalement opposées, vont se lier le temps d'une balade de quelques heures au vert. Un pari osé qui, au fil des kilomètres, va se révéler judicieux. "On a parlé de tout et de rien. Et de comment ça se passait dans notre école. C’est surtout eux qui s’intéressaient à ça et nous posaient des questions là-dessus", raconte Elisa, future gendarme.

Pour ces mineurs condamnés pour trafic de stupéfiants ou encore vols avec violence, cette journée suscite l'envie de trouver un meilleur chemin. "Ça me manque la liberté. Mais ça va, il me reste un mois, et je vais faire un apprentissage. J’aimerais faire cuisinier et travailler dans un restaurant. Ça donne envie de réussir". Les encadrants du centre éducatif fermé et l'école de gendarmerie projettent déjà d'autres sorties communes. Avec toujours le même objectif : casser les préjugés et pourquoi pas, sans forcément créer des vocations, peut-être changer l'avenir de ces jeunes.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Armée et sécurité

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.