Cet article date de plus de deux ans.

Vidéo La France sortira du glyphosate "à marche forcée" pour "70% des filières agricoles"

Publié
Article rédigé par
Radio France

Le ministre de l'Agriculture a déclaré mercredi que la France veut être le premier pays, en Europe, à sortir du glyphosate. 

"Si au premier janvier 2021, 70% des filières agricoles sont sorties de la dépendance au glyphosate, ce sera un vrai succès", a déclaré Didier Guillaume, mercredi 30 janvier, sur franceinfo. Sortir 70% ou 80% des filières agricoles du glyphosate en deux ans, "c'est le faire à marche forcée", a ajouté le ministre de l'Agriculture et de l'alimentation. 

Des alternatives à l'étude pour le maraîchage

Didier Guillaume a rappelé la position du président de la République : "On sortira du glyphosate en 2021, mais on ne laissera aucune filière sans solution. C'est ce qu'il a toujours dit". Pour les 30% de filières restantes, "nous cherchons des alternatives soit avec d'autres molécules, soit avec de nouvelles pratiques", a-t-il ajouté. Pour les fruits et légumes "dans certaines filières, il n'y a pas de possibilité de s'en séparer pour l'instant sans faire une distorsion terrible, avec les pays européens" car "il y a des produits européens qui entrent avec du glyphosate, le glyphosate n'étant pas interdit", a souligné le ministre. 

L'ambition écologique française réaffirmée 

Toutes les filières agricoles n'abandonneront donc pas le glyphosate en 2021 : "On le sait depuis le début. Le président de la République l'avait déjà dit", a assuré Didier Guillaume. Quand l'utilisation du glyphosate aura alors totalement disparu ? "Cela va durer six mois, un an, je n'en sais rien" après 2021. "Je pense en 2022, 2023 il n'y aura plus de glyphosate", mais "je ne peux pas en être certain", a déclaré le ministre. "La France veut être le pays le plus vertueux. La France veut être le premier pays qui veut sortir du glyphosate. C'est ce que nous ferons (...) La France veut être le leader, le moteur. Celui qui va démontrer que les techniques alternatives dans l'agriculture sont possibles", a indiqué le ministre de l'Agriculture.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.