Cet article date de plus d'un an.

Pouvoir d'achat : la cueillette, un pari gagnant pour les acheteurs comme les producteurs

Publié Mis à jour
Pouvoir d'achat : la cueillette, un pari gagnant pour les acheteurs comme les producteurs -
Pouvoir d'achat : la cueillette, un pari gagnant pour les acheteurs comme les producteurs Pouvoir d'achat : la cueillette, un pari gagnant pour les acheteurs comme les producteurs - (France 3)
Article rédigé par France 3 - F. Vallet, France 3 régions, F. Pairaud
France Télévisions
France 3

Ramasser directement ses fruits et légumes à la ferme est une tendance qui se confirme. Les Français sont de plus en plus nombreux à se rendre directement chez les producteurs. 

Dans la vallée du Tarn, un producteur demande un petit coup de main, contre un coup de pouce sur le prix des cerises. "On sait directement d'où ça vient", se réjouit un client. Les cerises, produites en agriculture biologique, coûteront seulement 2 euros le kilo aux cueilleurs. Dépassés par les fortes chaleurs et le murissement rapide des fruits, les producteurs n'hésitent plus à ouvrir leurs vergers au public. 

Multiplier les clients 

À Saffré, en Loire-Atlantique, la cueillette est libre trois fois par semaine. Après les fraises, place aux cassis, groseilles et framboises. À 9 euros le kilo et 1,50 euro la barquette, les fruits coûtent moins cher qu'en grande surface. Les trois jours de vente directe représentent désormais 90% du chiffre d'affaires de l'exploitation. À Thorigné-Fouillard (Ille-et-Vilaine), Jean-Claude Ferron, producteur, a décidé de ne pas augmenter ses prix malgré la hausse de ses charges. "On aurait pu augmenter, (…) mais [on a] parié sur le fait qu'il y aurait plus de clients, et donc qu'on ferait peut-être plus de volume", explique-t-il. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.