Pesticides : quelle est la réglementation pour protéger les riverains ?

Le gouvernement propose des distances de sécurité pour protéger les habitants des épandages de pesticides.

FRANCE 2
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Pour limiter les dégâts des cultures traitées chimiquement sur la santé des riverains, la législation prévoit des distances de sécurité. "Ces distances de sécurité entre la parcelle traitée et les habitations seraient de 10 m pour les cultures hautes, comme les arbres ou les vignes, et de 5 mètres pour les cultures basses, comme les céréales ou les légumes", détaille en plateau la journaliste Florence Griffond. La consultation est lancée à partir de lundi 9 septembre, mais la réglementation est claire. "La loi prévoit que les agriculteurs ne puissent pas pulvériser des pesticides si le vent souffle à plus de 11 km/h (...) et interdit de pulvériser à moins de 5 m d'un cours d'eau. Ils ne peuvent pas non plus le faire à proximité des hôpitaux, des maisons de retraite, des établissements accueillant des enfants, à moins de fixer des horaires pour éviter la présence de personnes vulnérables", ajoute-t-elle.

La gendarmerie en dernier recours

Si l'agriculteur situé à proximité ne respecte pas cette réglementation, plusieurs options s'ouvrent pour le riverain. "Il faut essayer de discuter avec lui. Si c'est compliqué, vous pouvez aussi faire appel à un médiateur, par exemple le maire de votre commune. Et si le dialogue est impossible et que vous constatez une infraction, il faut prendre des photos et des vidéos et rapporter les faits à la gendarmerie (...) les gendarmes peuvent faire appel à des référents habilités à faire des prélèvements pour voir si le produit est arrivé jusqu'à chez vous", conclut Florence Griffond.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un agriculteur français pulvérise du glyphosate, le 11 mai 2018.
Un agriculteur français pulvérise du glyphosate, le 11 mai 2018. (JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP)