Pesticides : leur utilisation déchire la France

Cette décision du tribunal de valider vendredi 8 novembre deux arrêtés anti-pesticides pris par des maires des Hauts-de-Seine pourrait faire jurisprudence. Elle relance le débat initié par un maire breton en mai 2019.

FRANCEINFO
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Daniel Cueff est devenu du jour au lendemain une des figures de la lutte anti-pesticides en France. Il est le maire du village breton de Langouët (Ille-et-Vilaine), où des maisons se dressent au pied des champs agricoles. En mai 2019, il a pris un arrêté très médiatique interdisant les pesticides à moins de 150 mètres des habitations.

Un arrêté favorable aux pesticides dans l'Aube

Sa décision a été suivie par une centaine d'élus français de villages et de grandes villes, comme Paris. Il est à noter que dans les vignobles bordelais, alsaciens et bourguignons, peu de communes ont rejoint la lutte. Le maire du village de Viviers-sur-Artaut (Aube) a même pris un arrêté qui autorise l'utilisation des pesticides à proximité des habitations pour préserver le travail des agriculteurs, qui se disent victimes "d'agribashing".

Le JT
Les autres sujets du JT

Franceinfo est partenaire de la consultation "Agissons ensemble pour l'environnement" avec Make.org. Si vous souhaitez y participer, vous pouvez proposer vos idées et voter sur celle des autres participants dans le module ci-dessous.

Le maire de Langouët, Daniel Cueff, le 22 août 2019.
Le maire de Langouët, Daniel Cueff, le 22 août 2019. (SEBASTIEN SALOM-GOMIS / AFP)