Cet article date de plus de trois ans.

Pêche des coquilles Saint-Jacques : "Il faut qu'on retourne pêcher dans un climat serein"

Invité sur franceinfo mercredi, Dimitri Rogoff, président du Comité régional des pêches de Normandie, aspire à "retourner pêcher dans un climat serein" après le conflit sur les zones de pêche de la coquille Saint-Jacques qui a donné lieu à de violents accrochages au large des côtes normandes. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le problème entre les pêcheurs français et britanniques vient du fait que les Français ont des restrictions en termes de calendrier, ce que n'ont pas les Britanniques. ( GUY DROLLET / MAXPPP)

Les représentants des pêcheurs français et britanniques se rencontrent mercredi 5 septembre à Londres pour trouver une issue au conflit sur les zones de pêche de la coquille Saint-Jacques qui a donné lieu à de violents accrochages au large des côtes normandes.

"Je vais leur dire qu'on a tous envie d'aller à la pêche, les uns et les autres, et qu'on va le faire ensemble et proprement", explique sur franceinfo Dimitri Rogoff, président du Comité régional des pêches de Normandie. "On va trouver un accord. Notre métier ce n'est pas de se taper dessus, c'est d'aller pêcher. Il faut qu'on retourne pêcher dans un climat serein."

Le problème entre les pêcheurs français et britanniques vient du fait que les Français ont des restrictions en termes de calendrier, ce que n'ont pas les Britanniques. "Nous, on s'interdit de pêcher l'été, on fait en sorte de gérer cette ressource" des coquilles Saint-Jacques.

"Si on pêchait toute l'année, il y a longtemps qu'il n'y aurait plus de coquilles. On se donne des restrictions importantes et on voudrait que les Britanniques y souscrivent à minima, dans une petite zone stratégique", explique Dimitri Rogoff. "On a juste besoin de mieux partager. On ne leur impose pas plus de contraintes."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Agriculture

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.