Notre-Dame-des-Landes : en attendant la répartition des terres

Près de six mois après l'évacuation de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique), un nouveau rassemblement est organisé sur place samedi 29 septembre pour soutenir les projets agricoles. Des négociations sur le partage des terres doivent reprendre le 12 octobre.

France 3

Un blocage symbolique et une démonstration de force. Expatriés aux alentours après avoir été indemnisés, tous ces agriculteurs exploitent encore leurs anciennes terres à Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique). Mais leurs droits sont précaires. Ils craignent que l'État n'accorde ces dernières aux nouveaux occupants. Près de 600 hectares seraient revendiqués par les anciens agriculteurs indemnisés, quand les nouveaux projets des occupants n'occupent que 170 hectares.

Obtenir le plus de terres possible

Des terres, la ferme de Saint-Jean-du-Tertre n'en a pas obtenu lors de la signature des conventions. On trouve ici l'atelier de Mickaël Lamory, paysan boulanger, qui ne sait toujours pas où planter cet automne les 10 hectares de blé indispensables pour sa production. Plus loin, Greg et Clémence ont obtenu 25 hectares au moins jusqu'en janvier pour élever des vaches, dont ils espèrent vendre la viande en circuit court tout en gardant un aspect solidaire. Leur objectif demeure donc collectif : obtenir plus de terres pour l'ensemble des projets. Pour l'heure, aucun des occupants n'est invité au comité de pilotage qui décidera de l'avenir des terres le 12 octobre en préfecture de Nantes, et en présence seulement des grandes organisations agricoles.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des agneaux dans la ZAD de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique), le 19 janvier 2018.
Des agneaux dans la ZAD de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique), le 19 janvier 2018. (LOIC VENANCE / AFP)