Mortalité des abeilles : une aide de 3 millions d'euros débloquée pour les apiculteurs

L'augmentation de la mortalité des abeilles "a franchi un cap supplémentaire" cet hiver. 

Une abeille en Allemagne, le 30 juillet 208.
Une abeille en Allemagne, le 30 juillet 208. (INA FASSBENDER / DPA / AFP)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Coup de pouce pour le miel. Le ministre de l'Agriculture Stéphane Travert a annoncé, lundi 30 juillet, une aide de 3 millions d'euros pour les apiculteurs touchés par la mortalité des abeilles, destinée au renouvellement des essaims. Ce "dispositif d'aide exceptionnel pour les apiculteurs" sera effectif d'ici fin septembre, et sera déversé sous forme d'aide à l'achat d'essaims. 

Afin de répondre au besoin de trésorerie des apiculteurs touchés, une avance sera versée rapidement dès la demande effectuée. Les apiculteurs auront ensuite jusqu'à la fin du printemps 2019 pour réaliser les achats d'essaims et transmettre les factures, selon le texte.

"Nous sommes très dubitatifs", a indiqué pour sa part Marie-France Roux, porte-parole de la Fédération française des apiculteurs professionnels (FFAF), faisant valoir que cette aide ne permettra pas de financer à 100% les rachats d'essaims et que les apiculteurs devront mettre de leur poche. Loïc Leray, vice-président de l'Union nationale de l'apiculture française (Unaf), a quant à lui estimé que les démarches pour toucher cette aide risquent d'être trop complexes.

Augmentation de la mortalité des abeilles 

Depuis plusieurs années, les apiculteurs français subissent des pertes moyennes de 30% de leurs cheptels en hiver, selon l'Union nationale de l'apiculture française (Unaf). Durant l'hiver 2017/2018 "on a franchi un cap supplémentaire", avec des taux de mortalité pouvant grimper à 40%, 50% voire 80%, avait indiqué en juin Gilles Lanio, président de l'Unaf.

L'enquête qualitative menée par la Direction Générale de l'Alimentation (DGAL) auprès des Directions Régionales de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Forêt (DRAAF) sur les mortalités apicoles de l'hiver 2017/2018, a en effet "mis en lumière une augmentation par rapport aux hivers précédents en Bretagne, Nouvelle-Aquitaine, Provence-Alpes-Côte-D'azur et Bourgogne-Franche-Comté principalement", selon le ministère.

En complément de l'enquête qualitative, une enquête nationale quantitative réalisée par la plate-forme nationale d'épidémio-surveillance en santé animale est en cours auprès de plus de 50.000 apiculteurs, souligne le ministère

L'objectif de cette enquête est de recueillir les informations des apiculteurs quant au niveau de mortalité durant l'hiver 2017/2018 et leurs causes possibles. L'enquête en ligne reste ouverte jusqu'au mercredi 15 août inclus, en suivant ce lien.