Cet article date de plus de deux ans.

L'Instant T de David Forge, youtubeur des champs

Publié
Durée de la vidéo : 12 min.
L'Instant T de David Forge, youtubeur des champs
FRANCEINFO
Article rédigé par
France Télévisions

Il est agriculteur et Youtubeur

Sur son tracteur ou les mains dans la terre, David Forge raconte son quotidien de céréalier en Indre et Loire. 

Moissons,  laboures, semis …. 

Des milliers de fidèles, paysans ou non, partagent ses courtes vidéos très réalistes qui abordent toutes les péripéties de la vie d’un agriculteur.

Il est agriculteur et Youtubeur

Sur son tracteur ou les mains dans la terre, David Forge raconte son quotidien de céréalier en Indre et Loire. 

Moissons,  laboures, semis …. 

Des milliers de fidèles, paysans ou non, partagent ses courtes vidéos très réalistes qui abordent toutes les péripéties de la vie d’un agriculteur.

David Forge est issu d’une famille de céréaliers sur quatre générations. Il a pris le relais de son père en 2014 et c’est  son instant T !

Mais avant de prendre ce virage, il a vécu une existence de citadin: sept ans employé de banque.

Il nous raconte sa vie aux champs : 168 hectares près de Tour où il cultive du colza, du blé de l’orge, du tournesol et du maïs… 

Quelle différence avec l’agriculture de ses parents et grands parents ? Il dit: « j’ai bon espoir de m’en sortir mieux que mes parents. Même si les comptes ne sont pas au beau fixe cette année, je me dis que nous sommes dans le creux de la vague et que cela ne peut pas empirer. »

On se sent seul dans ses champs ?

Il dit « Ces vidéos m’ont permis de nouer des contacts avec d’autres agriculteurs et de raconter mon quotidien à mes amis de la ville » . 

L’instant T c’est aussi un point de vue, une expérience… Sur les vidéos qu’il publie quasi quotidiennement, il décrypte toutes les opérations qu’il effectue , y compris l’épandage de produits phyto-sanitaire car c’est un un agriculteur « conventionnel ». Il explique point par point saisons après saisons l’utilisation de ces produits engrais chimiques et pesticides. Pourquoi ne pas passer au bio lui qui aime tant sa terre?

Il n’est pas contre, mais explique que ce serait une petite révolution dans ses champs, qu’il appréhende les coûts . Il dit faire très attention et ne pas avoir, avec le bio, de garantie de résultat. Mais à en tête de créer une parcelle test «pour voir »

 A l’occasion du Salon de l’Agriculture cette année, il été invité à l’Elysée et a discuté avec le Président de la République. Il nous raconte ce moment et on se quitte avec la chanson de Michel Delpech et son Loir et Cher ! 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Agriculture

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.