Grande distribution : allez-vous payer plus cher ?

Après la mise en vigueur d'un nouveau volet de la loi alimentation, comment les grands distributeurs entendent-ils trouver des solutions pour apaiser les consommateurs sur ces augmentations ?

FRANCE 2

Sur le tapis de caisse, des journalistes de France 2 ont relevé les prix. Après la mise en vigueur du nouveau volet de la loi alimentation, vendredi 1er février, qui entend mieux protéger les producteurs, quelques augmentations ont eu lieu. Un paquet de spaghetti est notamment passé de 60 à 68 centimes, comme un chocolat en poudre dont le prix, la veille à 3,40 €, arrive aujourd'hui à 3,71 €. Une augmentation en moyenne entre 2 et 9%, selon les régions. Pour tenter de limiter ces hausses et ne pas effrayer la clientèle, la grande distribution fourbit déjà ses armes.

Un jeu de bingo pour gagner des réductions

Dans un des supermarchés Carrefour, sur 200 produits de grande marque, à la place des promotions, les clients pourront créditer des remises sur leur carte de fidélité. "Une prime qui va directement sur le compte de fidélité", explique Emeline Auden, la responsable des caisses. Vendre plus cher pour mieux rémunérer les agriculteurs, c'est l'objectif de la loi alimentation. Une loi que cette grande surface se défend de vouloir contourner. D'autres enseignes optent pour des applications, comme ce jeu de bingo sur téléphone pour gagner des réductions. La plupart des enseignes vont jouer sur les prix de leur marque distributeur et mettre la pression sur les industriels pour vendre les produits moins chers. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Le pouvoir d\'achat devrait augmenter d\'1,4% en 2018.
Le pouvoir d'achat devrait augmenter d'1,4% en 2018. (PHILIPPE HUGUEN / AFP)