Ferme des 1000 vaches : "Une aggravation des problèmes que rencontrent les agriculteurs" (Barbara Pompili)

Qualifiée de modèle intensif par les agriculteurs, la ferme laitière des "1000 vaches" inquiète les professionnels, aussi bien sur la question de l'emploi que de l'écologie. Pour Barbara Pompili, secrétaire d'État auprès de la ministre de l'Environnement, le projet va énormément pénaliser les agriculteurs.

Barbara Pompili, secrétaire d\'Etat, devant l\'Elysée le 20 avril 2016.
Barbara Pompili, secrétaire d'Etat, devant l'Elysée le 20 avril 2016. (PATRICK KOVARIK / AFP)

"Cette ferme, c'est le pied dans la porte d'une aggravation des problèmes que rencontrent nos agriculteurs aujourd'hui" a déclaré Barbara Pompili sur franceinfo ce dimanche.

"Parce que ce type de ferme, c'est ce qui va faire baisser les prix du lait encore plus alors que vous voyez les effets que ça a chez nous" s'est inquiétée la secrétaire d'État à la biodiversité.

D'où la demande de Ségolène Royal, d'une nouvelle enquête publique.
"Nous considérons qu'on ne peut pas partir sur une extension à 1000 vaches sans avoir une nouvelle enquête publique parce que ça modifie beaucoup cette ferme qui était prévue au départ normalement pour 500 vaches", a expliqué Barbara Pompili.

Un système voué à l'échecBarbara Pompili, secrétaire d'ÉtatSur franceinfo, le 11 septembre 2016

Avec cette ferme, "on est sur un système qui essaie de rentrer dans une économie mondialisée, c'est-à-dire de niveler les prix vers le bas. Une ferme comme celle-là réduit le nombre d'agriculteurs et baisse les prix du lait. Ce n'est pas une bonne solution."

"Nous, nous travaillons pour aider les agriculteurs à partir vers une méthode de production qui soit plus valorisante de ce qu'ils produisent, avec plus de qualité, plus de circuits courts, et pas vers un système voué à l'échec", a précisé la secrétaire d'État.

Avant de conclure : "il fallait mettre un coup d'arrêt maintenant, sinon il y en aurait eu des dizaines, des centaines sur notre territoire et nous serions allés encore plus vers les difficultés."

Barbara Pompili : "Un système voué à l'échec"
--'--
--'--