Environnement : la victoire des apiculteurs après l'interdiction de trois néocotinoïdes

L'Union européenne a voté vendredi 27 avril l'interdiction de trois néocotinoïdes dans l'agriculture de plein air. Une victoire pour les apiculteurs qui ont vu leurs abeilles décimées par ces pesticides.

FRANCE 3
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

"Ça, c'est le cimetière", dit Philippe Roy en montrant une de ses ruches. En vingt ans, il a perdu la moitié de ses 300 ruches à cause des néocotinoïdes. Ces pesticides, qui affectent le système nerveux des abeilles et provoquent leur mort, sont utilisés comme insecticide par les agriculteurs pour traiter leurs cultures. Résultat : une hécatombe, des apiculteurs à bout de nerfs, et un désastre pour la nature. En effet, les abeilles permettent à la plupart des plantes de se reproduire grâce à la pollinisation. En clair, le transport d'un grain de pollen depuis l'étamine, l'organe mâle, vers le pistil, l'organe femelle. Sans abeilles, pas de légumes ni de fruits.

Une victoire pour la biodiversité

L'interdiction des trois néocotinoïdes sur toutes les cultures de plein air, votée par une majorité de pays membres, dont la France, vendredi 27 avril, est donc vécue comme une victoire. "C’est très important pour l'apiculture européenne et aussi pour toute la biodiversité", se réjouit Frank Alétru, président du Syndicat national des apiculteurs. Mais pour les producteurs de produits phytosanitaires, cette interdiction est une mauvaise nouvelle.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des abeilles dans une ruche en plein travail.
Des abeilles dans une ruche en plein travail. (MAXPPP)