Cet article date de plus de cinq ans.

Économie : les intermédiaires pointés du doigt dans la production agricole

Publié
Durée de la vidéo : 2 min.
Économie : les intermédiaires pointés du doigt dans la production agricole
France 3
Article rédigé par
France Télévisions

Selon l'Observatoire des prix et des marges, les prix agricoles ont chuté en 2015 en moyenne de 2.4% alors que dans les rayons les prix ne baissent pas. Cela pose la question de la rémunération des intermédiaires entre producteurs et consommateurs. Exemple dans les Landes avec un légume de saison, l'asperge.

Dans les supermarchés, elles viennent de faire leur apparition pour le plus grand plaisir des clients. "Il y en a sur un laps de temps très court donc on apprécie d'autant plus", se réjouit une consommatrice. Les asperges sont un légume de saison plutôt cher : sept euros le kilo. Ce prix rémunère chaque acteur de la filière, mais pas à parts égales.

7 euros le kilo d'asperge

Première étape, les producteurs. En France, deux tiers des asperges poussent dans les Landes. Évelyne Margariti en cultive sur 19 hectares. Pendant les deux mois de récolte, elle emploie une vingtaine de saisonniers qui déterrent les asperges une à une. "La main d'œuvre c'est une part importante du coût de l'asperge, ça représente environ 70% du chiffre d'affaires", explique la productrice. Évelyne touche 2,5 euros par kilo pour ses asperges. Le traitement des légumes par la coopérative ajoute 1.50 euro sur chaque kilo. Le prix grimpe quand les produits sont expédiés dans les rayons des supermarchés. Trois euros supplémentaires, presque la moitié du prix de vente. "On est obligé de dégager de la marge sur un produit", explique Thibaud Soulié, Directeur du Super U de Parentis-en-Born. Une marge nette de 3% plutôt raisonnable pour une filière vertueuse.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Agriculture

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.