Crise de la filière porcine : les éleveurs doivent faire face aux invendus

Le marché de Plérin est toujours à l'arrêt. Pour la troisième fois, aucune cotation n'a été organisée ce 14 août.  

FRANCE 2

C'est un véritable casse-tête que vivent actuellement les éleveurs de porcs. Ce vendredi 14 août, le marché au cadran de Plérin est resté clos. En l'absence de la Cooperl et Bigard, les deux principaux acteurs du marché, aucune cotation ne s'est faite.  

Réunion lundi 

Chaque jour qui passe rend la situation plus difficile pour les éleveurs. France 2 est allée dans une porcherie à Ploubalay (Côtes-d'Armor) où les bêtes s'entassent. 360 cochons devaient être vendus à Plérin cette semaine. Désormais il y a urgence. Chaque bête en sursis avale 2,5 kilos de nourriture par jour. Et plus elles engraissent, moins elles sont commercialisables.  
L'exploitation, qui emploie trois salariés, n'est pas sûre de survivre une autre semaine sans vendre sa production. "On a peur, c'est dramatique", avoue Jean-Marie Josselin, éleveur.
 
Lundi, une réunion est prévue au ministère de l'Agriculture.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des porcelets pris en photo dans un élevage de Plonéour-Lanvern, le 11 août 2015. 
Des porcelets pris en photo dans un élevage de Plonéour-Lanvern, le 11 août 2015.  (FRED TANNEAU / AFP)