DIRECT. Crise du porc : en colère, les éleveurs reprennent leurs actions

La cotation a été une nouvelle fois reportée au Marché du porc breton (MPB) à Plérin. C'est ici que s'établit le prix de référence national de cette viande.

Des éleveurs de porcs manifestent devant la sous-préfecture de Morlaix (Finistère) avec une truie baptisée \"La Folle\", en référence au ministre de l\'Agriculture, Stéphane Le Foll.
Des éleveurs de porcs manifestent devant la sous-préfecture de Morlaix (Finistère) avec une truie baptisée "La Folle", en référence au ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll. (FRED TANNEAU / AFP)
Ce qu'il faut savoir

La cotation au Marché du porc breton (MPB) de Plérin (Côtes-d'Armor) est une nouvelle fois reportée, vendredi 14 août, en attendant les conclusions d'une "table ronde" prévue lundi, annonce son président, Daniel Picart.

C'est à Plérin que s'établit le prix de référence national de cette viande. Le Marché est boycotté depuis lundi par les deux principaux acheteurs du secteur, la Cooperl et Bigard, qui protestent contre le prix de 1,40 euro le kilo préconisé par le gouvernement et réclamé par les éleveurs.

 Des éleveurs ont manifesté dans plusieurs villes. A Carcassone (Aude), des balles de paille ont été déposées devant le bâtiment de la Mutuelle sociale agricole ont été incendiées. Du fumier et du lisier ont aussi été déversés devant les entrées du Monoprix de Caen (Calvados).

Une table ronde prévue lundi. L'ensemble des acteurs de la filière devrait se réunir lundi pour une table ronde, annonce le président du MPB. "L'ensemble des abattoirs sont conviés à cette table ronde, y compris Bigard et la coopérative Cooperl", à l'origine de cette crise, a-t-il précisé.

 80 000 porcs invendus. C'est l'estimation du préjudice subi par les éleveurs cette semaine, à cause de la suspension des cotations entraînée par le refus de deux gros acheteurs de s'approvisionner à Plérin.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #ELEVEURS

23h41 : Le marché du porc breton de Plérin (Côtes-d'Armor) est resté à l'arrêt pour la troisième journée d'affilée. En attendant, les animaux invendus posent problème aux éleveurs. Chaque bête en sursis avale 2,5 kilos de nourriture par jour. Et plus elles engraissent, moins elles sont commercialisables. Reportage de France 2.


(FRANCE 2)

23h49 : Les syndicats d'éleveurs ont appelé à un retour au calme ce soir, alors qu'une réunion sur la crise de la filière porcine est prévue lundi au ministère de l'Agriculture. Mais certains agriculteurs, excédés, pourraient mener des actions dans les prochains jours. France 2 fait le point sur la situation, depuis le marché du porc breton de Plérin (Côtes-d'Armor).

(FRANCE 2)

19h04 : Les agriculteurs ont levé le barrage devant la préfecture de Caen (Calvados) en milieu d'après-midi, mais en laissant derrière eux un "cadeau" : ils ont vidé une partie de leurs bennes sur la place Gambetta. L'opération a été répétée devant la Direction départementale des territoires et de la mer du Calvados.

15h13 : Des agriculteurs ont manifesté à Carcassonne, où des balles de paille déposées devant le bâtiment de la Mutuelle sociale agricole ont été incendiées.

14h29 : Mine de rien, les règles françaises inspirent nos voisins. Le chef du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy, annonce qu'il étudie une éventuelle application dans son pays du "modèle français", qui garantit un prix du lait minimum aux producteurs, comme le réclament les éleveurs espagnols.

13h37 : Un autre angle...

13h43 : Du fumier et du lisier ont été déversés devant les entrées du Monoprix de Caen. Des agriculteurs installés devant la préfecture s'y sont rendus pour prendre de la viande en vue d'un barbecue, avant de découvrir de nombreuses viandes d'origine étrangère et de voir rouge, raconte France 3 Basse-Normandie.

(FRANCE 3)

12h40 : Aucune cotation n'avait déjà eu lieu lundi et hier au Marché du porc breton, en raison du refus de deux des principaux acheteurs, la Cooperl et Bigard/Socopa, de payer le prix préconisé par le gouvernement pour les éleveurs. Notre journaliste Elise Lambert vous présente ces deux mastodontes de l'industrie porcine.

12h33 : Après trois heures de réunion du conseil d'administration, le président du Marché du porc breton annonce un nouveau report de la cotation. Une réunion sera organisée au ministère de l'Agriculture lundi, indique France 3 Bretagne.

12h31 : Il n'y aura pas de cotation au Marché du porc breton de Plérin ce vendredi.

12h11 : Des agriculteurs des principaux départements d'élevage du Grand ouest convergent vers le Marché du porc breton, à Plérin. Ils espèrent une hypothétique reprise de la cotation, suspendue depuis lundi.

12h05 : C'est en cours à Caen ! Les éleveurs viennent de faire fermer monoprix, le quartier de la préfecture est toujours bouclé !

10h52 : Les éleveurs de porcs poursuivent leurs actions. A Reims, ils font le tour des restaurants pour savoir d'où vient la viande de porc cuisinée par les chefs. A Plérin, ils arrivent au Marché du porc breton en famille. Et, à Caen, les agriculteurs continuent de bloquer l'entrée de la préfecture.

10h10 : "C'est un peu une guerre des nerfs qui se joue, mais pas avec des entreprises d'abattage qui ont quitté le marché, mais avec l'Etat qui refuse d'entrer dans le discours de la compétitivité."

Le représentant des éleveurs de porcs bretons appelle le gouvernement à diminuer les charges sociales des entreprises de la filière porcine, afin de les rendre plus compétitives face à l'Allemagne et à l'Espagne. Il le dit sur RTL.

07h09 : La Cooperl et Bigard-Socopa sont les deux principaux acteurs de la filière porcine. Et, depuis lundi, ils se sont lancés dans un bras de fer avec les éleveurs. Les deux groupes industriels s'opposent à la hausse du prix de la viande de porc. Nous vous présentons ces deux mastodontes de l'industrie porcine.





(MAXPPP)