Condamnation de Monsanto : "Est-ce qu'ils vont payer ?" s'interroge la journaliste Marie-Monique Robin

La journaliste estime que Monsanto fait "tout pour épuiser les victimes".

Marie-Monique Robin, journaliste et réalisatrice, auteure du documentaire Le monde selon Monsanto.
Marie-Monique Robin, journaliste et réalisatrice, auteure du documentaire Le monde selon Monsanto. (MARC OLLIVIER / MAXPPP)

Le groupe Monsanto a été condamné samedi 11 août à payer près de 290 millions de dollars à un jardinier américain atteint d'un cancer après avoir utilisé deux pesticides de la firme. Une "première" qui "fera jurisprudence" salue sur franceinfo Marie-Monique Robin, journaliste d'investigation et réalisatrice du documentaire Le monde selon Monsanto. Elle soulève aussi une question : "Est ce qu'ils vont payer ?", "est-ce que tout n'a pas été organisé pour que les victimes ne soient pas indemnisées ?"

franceinfo : Comment accueillez-vous cette décision du tribunal de San Francisco?

Marie-Monique Robin : Je suis très satisfaite, parce que cela fait des années et des années que des ONG, des journalistes, des victimes, des avocats essayent de tirer la sonnette d'alarme en disant 'attention les produits Monsanto sont très toxiques' et en particulier le Roundup qui est l'herbicide le plus vendu au monde. Donc c'est une première, cela fera jurisprudence. Et derrière il y a 5 000 paysans américains et jardiniers qui ont porté plainte comme Dewayne Johnson, qui ont un lymphome hodgkinien, qui est un cancer du système lymphatique, qui ont utilisé du Roundup et qui attendent aussi un jugement. Donc je pense que cela va ouvrir la porte à d'autres procès, y compris en France, parce qu'il y a des agriculteurs qui utilisent aussi du Roundup et qui ont un lymphome hodgkinien, et aussi au Canada. Donc c'est très important évidemment.

Le groupe Bayer, qui a racheté Monsanto, a réagi en assurant que le glyphosate était un produit "sûr, et non cancérogène", cela veut dire que la firme est prête à se battre jusqu'au bout ?

Evidemment il y a toujours un déni de la part des industriels, mais j'ai l'habitude de dire qu'il n'y a plus de controverse scientifique sur le glyphosate. Elle est entretenue artificiellement par des études bidons comme cela a été révélé avec les "Monsanto papers", ces documents internes de Monsanto déclassifiés, qui ont pesé très lourd d'ailleurs. Et qui ont démontré les coups tordus de Monsanto qui payait par exemple un scientifique au pays de Galles, en lui demandant de faire un examen de toutes les études disponibles et quand lui conclut "non les études que j'ai sous les yeux montrent que c'est génotoxique", c'est-à-dire que cela atteint l'ADN, on met le rapport dans le tiroir. Ou alors on soudoie les autorités qui sont en charge de réglementer ces produits. Récemment on l'a vu avec l'EFSA, [l'Autorité européenne de sécurité des aliments], comment cette agence s'était contentée de faire un copier-coller d'un document fourni par Monsanto et les lobbyistes de Monsanto. On est un peu comme avec le tabac, c'est-à-dire que pendant des décennies on a entretenu artificiellement un débat scientifique avec des études bidons.
La deuxième chose qui est très importante c'est que Bayer a été autorisé à racheter Monsanto et ils ont d'ailleurs annoncé que Monsanto allait disparaitre et être absorbé. Les produits vont rester mais la marque Monsanto va disparaitre.

Dans quel but selon vous ?

Moi la question que je me pose c'est : est-ce que Bayer n'a pas organisé avec Monsanto la disparition juridique de Monsanto ou son insolvabilité comme cela a été le cas pour d'autres produits de Monsanto ? Par exemple avec les PCB, il y a eu un méga procès, finalement ils ont négocié à l'amiable, et la filiale de Monsanto qui était chargée de fabriquer les PCB avait été déclarée insolvable, et les victimes n'avaient que leurs yeux pour pleurer. Ma question c'est donc qui paiera un jour ? Monsanto font appel. Ils le font toujours, ils font tout pour épuiser les victimes. Mais est-ce qu'ils vont payer ? Est-ce qu'ils n'ont pas organisé avec Bayer l'insolvabilité de Monsanto qui fera que les victimes seront en face d'une coquille vide qui ne sera pas en mesure de payer ? C'est une question malheureusement à laquelle la Commission européenne a refusé de répondre quand j'avais adressé un courrier avec Corinne Lepage. Donc d'un côté je suis très heureuse de l'issue de ce procès, je pense à toutes les victimes que je suis depuis des années qui se battent toutes seules, qui souffrent, qui meurent parfois dans l'indifférence la plus totale. Et de l'autre je me dis prudence, est-ce que tout n'a pas été organisé pour que les victimes ne soient pas indemnisées ? Mais je n'ai pas la réponse à cette question.